Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent en matière d'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : 'La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Michelle Obama : la première First Lady afro-américaine se raconte

En savoir plus

Brésil: la Justice annule la concession du stade Maracana

© AFP/Archives | Vue aérienne du stade Maracana à Rio de Janeiro le 3 février 2016

RIO DE JANEIRO (AFP) - 

La justice brésilienne a retiré mercredi à la société concessionnaire IMX Holding le droit d'exploiter le mythique stade Maracana de Rio de Janeiro, en raison d'irrégularités dans le processus d'appel d'offres.

"Le processus d'appel d'offres présentait des illégalités", car la société qui l'a emporté détenait des informations confidentielles avant l'octroi de la concession, a indiqué la justice de Rio de Janeiro dans un communiqué.

L'État avait accordé en 2013 à la société IMX Holding le droit d'exploiter le stade pour une période de 35 ans. À l'époque, au sein de cette société figuraient l'homme d'affaires Eike Batista (emprisonné en 2017 pour corruption), l'entreprise du bâtiment Odebrecht (impliquée dans un vaste scandale de corruption) et la société américaine AEG.

Le stade Maracana a été au coeur d'un imbroglio politico-juridique dès 2016, juste après les Jeux olympiques d'été accueillis par le Brésil, avec des accusations de surfacturation lors de travaux de rénovation portant sur un montant de 1,2 milliard de réais (environ 510 millions de dollars en 2014), soit le double de ce qui avait été initialement convenu.

© 2018 AFP