Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Riad Sattouf : "Mon peuple, c'est la BD"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : bras de fer interminable entre le pouvoir et l'opposition

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Brexit : quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

Afrique

Emmanuel Macron demande "pardon" à la veuve de Maurice Audin

© Capture d'écran, France 24 | Maurice Audin, communiste et partisan de l'indépendance de l'Algérie, a disparu en 1957 après avoir été arrêté à son domicile..

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2018

Le chef de l'État s'est rendu jeudi au domicile de la veuve de Maurice Audin, le mathématicien militant de l'indépendance de l'Algérie, disparu sans laisser de traces en 1957. Emmanuel Macron a reconnu qu'il avait été victime d'"un système institué".

C'est une reconnaissance que la famille Audin attendait depuis 61 ans. Emmanuel Macron s'est rendu, jeudi 13 septembre, au domicile de la veuve de Maurice Audin, communiste et partisan de l'indépendance de l'Algérie, disparu en 1957, pour reconnaître que ce mathématicien "est mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France".

"La seule chose que je fais, c'est reconnaître la vérité", a déclaré le chef de l'État. "C'est à moi de vous demander pardon, donc vous ne me dites rien. On restaure un peu de ce qui devait être fait", a-t-il dit à Josette Audin lorsque celle-ci a voulu le remercier pour cette déclaration à son domicile de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). "C'est la part de reconnaissance de ce que nous vous devons, la reconnaissance de votre combat", a ajouté Emmanuel Macron avant d'embrasser la veuve.

Dans cette déclaration, le président "reconnaît, au nom de la République française, que Maurice Audin a été torturé puis exécuté ou torturé à mort par des militaires qui l'avaient arrêté à son domicile" le 11 juin 1957. "Il reconnaît aussi que si sa mort est, en dernier ressort, le fait de quelques-uns, elle a néanmoins été rendue possible par un système légalement institué", a indiqué dans un communiqué l'Élysée, alors que la trace du mathématicien et militant communiste, suspecté d'avoir aidé le FLN, était perdue 10 jours après son arrestation.

"Je ne pensais pas que ça arriverait", avait répondu Josette Audin, quelques minutes plus tôt, interrogée par la presse avant la venue du président de la République.

>> À voir : L'affaire Maurice Audin, soixante ans de combat pour la vérité

"Pour moi, c'est historique, [Emmanuel Macron] va faire de ce moment non pas un moment d'accusation, mais un moment de vérité", avait affirmé jeudi matin le député de La République en Marche (LREM) Cédric Villani, également mathématicien et proche de la famille. "Il ne s'agit pas de jeter le blâme sur tout le monde sans distinction, mais on va inviter tout le monde à parler et à panser les plaies."

C'est un moment historique pour la famille, qui lutte depuis plusieurs décennies en ce sens. "Le mensonge d'État qui durait depuis 61 ans tombe. C'est une grande émotion pour Josette Audin et sa famille, pour le PCF qui a tant donné dans la lutte anticoloniale, pour les communistes et tous les militants anticolonialistes", a écrit le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent, sur Twitter.

"Je suis sortie en pleurant, persuadée qu'ils l'avaient tué"

La disparition de Maurice Audin est l'une des plus mystérieuses de la guerre d'Algérie. Le 11 juin 1957, le mathématicien à la faculté d'Alger, membre du Parti communiste algérien et suspecté d'aider le FLN, était arrêté à son domicile, probablement par des parachutistes du général Jacques Massu. Sa trace était perdue dix jours plus tard sans explication officielle, si ce n'est "son évasion au cours d'un transfert".

Durant de nombreuses années, la thèse de l'évasion a prévalu. Au micro de France 24, Josette Audin se souvenait, en mars dernier, avoir été convoquée par des militaires quelques jours après l'arrestation de son mari. "Ils m'ont dit qu'ils avaient une bonne nouvelle à m'apprendre, que mon mari s'était évadé et qu'ils avaient rien à me dire d'autre. Je suis sortie en pleurant, persuadée qu'ils l'avaient tué", raconte-t-elle encore émue.

Il faut attendre 2014 pour que François Hollande mette un terme à cette théorie. Après avoir lancé des recherches dans les archives du ministère de la Défense pour éclairer les conditions de la disparition du mathématicien, l'ancien président avait exclu la version de l'évasion avancée à l'époque, sans pour autant reconnaître la responsabilité de l'État.

Sur ce point, Emmanuel Macron estimait en début d'année qu'il ne serait "pas raisonnable de reconnaître un crime d'État sans avoir les preuves" formelles, mais avait assuré que tout serait mis en œuvre pour "l'établir". Le chef de l'État s'apprête à le faire aujourd'hui. Reste à voir quels mots il va employer.

Première publication : 13/09/2018

  • FRANCE

    France – Algérie : Macron doit se prononcer sur la reconnaissance du sort des harkis

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les victimes non françaises de la guerre d'Algérie seront indemnisées

    En savoir plus

  • LITTÉRATURE

    "L’Art de perdre", d’Alice Zeniter, un roman sur l'actuelle question de l’exil

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)