Accéder au contenu principal
Dans la presse

Abus sexuels au sein de l'Eglise: "Pardonnez-moi, parce que j'ai pêché... au moins 3677 fois"

France 24

Dans la presse, ce jeudi 13 septembre, l’angoisse des habitants de la province syrienne, avant l’offensive du régime et de son allié russe. Les Etats-Unis et les victimes civiles de leur allié saoudien au Yémen. De nouveaux cas d’abus sexuels sur mineurs au sein de l’Eglise catholique. Et un beau séjour en Ecosse.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce matin, l’angoisse des habitants d’Idleb, où les civils se préparent à l'offensive imminente du régime syrien.

 

Dans cet ultime bastion des insurgés, les habitants redoutent l’usage d’armes chimiques, auxquelles le régime d’Assad aurait eu recours déjà à trois reprises, selon un rapport de l’ONU cité par The Independent, qui montre à la Une des adultes testant des masques à gaz sur des enfants: de simples bouteilles de plastique. Une image que la Russie dit faire partie d’un plan orchestré par les rebelles, qu’elle accuse de préparer une «mise en scène» d'une fausse attaque chimique, qui serait ensuite attribuée au régime syrien, pour donner un prétexte à une éventuelle intervention occidentale.

 

Un scénario balayé par le dessinateur Willem, pour Libération, qui dénonce l’indifférence des Occidentaux face à la catastrophe humanitaire qui s’annonce. «Intolérable… c’est inadmissible… quelqu’un devrait protester… trop c’est trop… que fait la police?», s’indignent-ils, sans empêcher pour autant Assad et Poutine de démembrer Idleb. Même sentiment désabusé du côté de Dave Granlund, pour USA Today, où un énorme porte-avion envoie «la réponse américaine à la Syrie»: un petit avion en papier.

 

Ce pessimisme est partagé par le responsable de la Croix rouge dans la région. Interrogé par le quotidien français La Croix, sur la possibilité d’éviter un «bain de sang» à Idleb, Fabrizio Carboni explique que «l’histoire du conflit syrien ces sept dernières années montre que les deux (voies militaire et diplomatique) vont de pair, mais que, très souvent, le militaire prime sur le diplomatique, faute de solution politique». Selon lui, ce serait «particulièrement le cas pour Idleb, car c’est tout à la fois un territoire vers lequel les populations civiles et l’opposition armée ont été transférées». «Après Idleb, prévient-il, il n’y a plus d’autre destination pour des transferts. Chacun est dos au mur». Le chercheur Joost Hiltermann, lui, est plus nuancé et affirme que «tout dépend de la volonté» de Moscou, qui ne serait pas «claire»: oui, dit-il, «une offensive est en préparation, mais nous ne savons pas si la Russie est prête à s’y engager maintenant, ou si elle agite cette menace pour contraindre la Turquie (qui soutient les rebelles) à faire des concessions».

 

Au Yémen aussi, les civils payent un lourd tribut à la guerre menée par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. D’après Le Monde, qui cite une source de l’AFP, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a reconnu hier devant la Congrès un nombre «bien trop élevé de victimes civiles», causées par la coalition militaire sous commandement saoudien, mais a «certifié»que Ryiad et ses alliés prenaient des «mesures manifestes» pour tenter d’épargner les civils au Yémen. «Une condition indispensable pour continuer à soutenir ces alliés-clés de Washington dans leur intervention controversée», selon Le Monde, qui rappelle que ces déclarations interviennent un mois après un raid de la coalition qui a coûté la vie à 40 enfants et quelques jours seulement après l’échec de pourparlers de paix à Genève sous l’égide de l’ONU.

 

Au Vatican, une réunion des présidents des conférences épiscopales du monde entier, en février prochain, a été annoncée hier. La Croix rapporte que le pape François les a convoqués pour évoquer la question des abus sexuels commis sur des mineurs au sein de l’Eglise une réunion inédite, puisque jusqu’à présent, seuls des épiscopats particuliers avaient été convoqués sur ce sujet, l’Irlande en 2010 avec Benoît XVI, et le Chili cette année avec le pape François. Hier encore, la presse allemande a publié un rapport commandé par la Conférence des évêques allemands, révélant qu’au moins 3677 enfants avaient été abusés par plus d’un millier de prêtres entre 1946 à 2014 - des chiffres qui prouveraient à quel point les abus sexuels auraient été un mal institué dans l’Église allemande, selon le Rheinische Post. Dans le dessin publié ce matin par Der Tagesspiegel, celle-ci est montrée dans un confessionnal. «J’ai pêché, reconnaît-elle. Au moins 3677 fois».

 

On ne se quitte pas là-dessus. C’est bien connu, les voyages forment la jeunesse, mais c’est tellement mieux avec un tout petit peu de confort. Le Parisien raconte qu’un milliardaire indien a décidé d’envoyer sa fille dans la très prestigieuse université de St Andrews en Ecosse. Pour s’assurer que son séjour se déroule dans les meilleures conditions, il a tout simplement décidé de recruter 12 personnes pour l’accompagner: une gouvernante, un chef, un majordome, trois valets de pied, trois femmes de chambre, un gestionnaire pour la maison, un chauffeur et un jardinier. Bref, le minimum vital.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.