Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

Moyen-Orient

Sentry, la technologie qui sauve des vies en Syrie

© Zein Al Rifai, AFP | Des avions de combat russes ont frappé le nord-ouest d'Idleb, contrôlé par les rebelles syriens, le 4 septembre.

Texte par Hermann BOKO

Dernière modification : 14/09/2018

À Idleb, en Syrie, une application mobile d’alerte à la bombe a été conçue pour limiter le nombre de morts au sein de la population. Dans le même temps, le régime syrien prépare une grosse offensive sur le dernier bastion rebelle.

Échapper aux bombes grâce à son téléphone portable. À Idleb, en Syrie, Sentry, un système pour smartphone, alerte les populations de nouvelles frappes aériennes. Dernier bastion des rebelles, cette ville située dans le nord-ouest de la Syrie est la cible depuis quelques semaines des raids des forces du régime de Bachar al-Assad soutenu par la Russie et l’Iran. Les Nations-Unies ont d’ailleurs mis en garde contre une catastrophe humanitaire à venir en cas d'offensive dans cette région qui compte trois millions d'habitants. L’Onu se prépare à venir en aide à 900 000 personnes, et les violences ont déjà fait près de 40 000 déplacés.

Mais via Sentry, des vies peuvent être sauvées. Comme en témoigne Khaled, un activiste syrien de 23 ans, dans une vidéo diffusée par l’AFP.  “Un jour, une frappe a eu lieu dans mon quartier, nous avons sorti les victimes puis quitté les lieux. Un peu plus tard, j’y suis retourné pour récupérer des affaires et une alerte est tombée sur l’application me disant qu’un avion avait décollé vers la même région. Je suis immédiatement parti. Je n’ai pas fait un kilomètre qu’un deuxième raid aérien a frappé”.

Huit minutes pour se mettre à l’abri

Développé par deux américains et un syrien en août 2016, l’application s’appuie sur des données fournies par un réseau de capteurs ou des observateurs sur le terrain pour calculer et localiser des cibles probables de bombardements, en analysant les trajectoires de vols des avions de combats russes et syriens. Ensuite les alertes sont envoyés sur Telegram, une application de messagerie instantanéee sécurisée. Elles peuvent aussi être diffusées sur les réseaux sociaux ou les radios locales. L'alerte est donnée huit minutes avant l'impact supposé.

Quelques deux millions de personnes utilisent l’application selon les concepteurs. Et la technologie a prouvé son efficacité lors des bombardements contre le fief rebelle de la Ghouta orientale qui ont fait plus de 1 700 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).  “Nous avons observé un pic important d'utilisation [du système] lors de cette campagne” militaire, a assuré John Jaeger, cofondateur de la société Hala Systems qui a développé Sentry. Geek et ancien diplomate, John Jaeger assure aussi que l’utilisation de l’application, dont la conception a été financée par le Royaume-Uni, le Canada, les Pays-Bas et le Danemark, permet de réduire de 27 % le nombre de personnes tuées dans les raids. Un chiffre qui reste difficile à vérifier.

Depuis 2011, la guerre syrienne a fait plus de 350 000 morts en Syrie selon l’OSDH dont environ 33 000 morts dans des frappes aériennes russes et syriennes.

Première publication : 14/09/2018

  • SYRIE

    Nouvelles frappes syriennes et russes sur Idleb

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : à Idleb, l'ONU redoute la "pire catastrophe humanitaire" du XXIe siècle

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : une photo révèle la présence de l'armée française à Deir Ezzor

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)