Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Afrique

Burkina Faso : double attaque mortelle dans l'est

© AFP | Des soldats lors des funérailles, le 31 août 2018 à Ouagadougou, des sept militaires tués lors de l'explosion d'une mine dans l'est du Burkina Faso.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2018

Au moins huit personnes sont mortes dans une double attaque dans la nuit de vendredi à samedi dans deux localités de l'est du Burkina.

L'est du Burkina Faso a de nouveau été frappé. Au moins huit civils ont été tués dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 septembre dans une attaque visant deux localités de l'est du pays, où des jihadistes agissent depuis quelques mois, a-t-on appris auprès des autorités locales.

Longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso, pays sahélien pauvre frontalier du Mali instable et du Niger, est confronté depuis trois ans à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières.

"Dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 septembre 2018, deux attaques terroristes ont été perpétrées dans les villages de Diabiga (60 km de Pama) et Kompienbiga (15 kilomètres de Pama) relevant de la province de Kompienga, région de l'Est", a indiqué dans un communiqué le gouvernorat de la région. Cette double attaque "perpétrée contre des populations a coûté la vie à huit personnes".

Un leader religieux visé

Selon une source sécuritaire, jointe par l'AFP depuis Ouagadougou, "la première attaque a visé un leader religieux et ses coreligionnaires. Cinq personnes dont le leader religieux ont été tués". Cette attaque a visé le domicile du responsable religieux, qui abrite une mosquée, et a également fait trois blessés, a précisé cette source.

Mi-août, sept membres des forces de l'ordre burkinabè ont été tués dans l'explosion d'un engin artisanal, quinze jours après la mort de six personnes dans des circonstances similaires dans la même région de l'Est.

Le  président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a promis le 8 septembre de nouvelles "dispositions sécuritaires" pour "éradiquer le fléau du terrorisme", après une série d'attaques dans l'est du pays qui a fait une vingtaine de morts en un mois.

La capitale, Ouagadougou, a été frappée par trois attaques en deux ans, qui ont fait au total près de 60 morts. La dernière, particulièrement spectaculaire, s'est produite en mars, visant l'état-major des armées et l'ambassade de France.

Avec AFP

 

Première publication : 15/09/2018

  • BURKINA FASO

    Au Burkina Faso, la menace terroriste se déplace vers l'Est

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Le Burkina a rendu hommage à ses militaires tués dans les attentats de Ouagadougou

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Exclusif : l'attaque de l'État-Major de Ouagadougou aux côtés des forces de sécurité burkinabè

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)