Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Brexit : le maire de Londres Sadiq Khan appelle à un nouveau référendum sur la sortie de l'UE

© Yui Mok, AFP | Le maire de Londres Sadiq Khan, ici le 30 mai 2016, a fait campagne contre le Brexit.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2018

Sadiq Khan, maire travailliste de Londres, se prononce pour un nouveau référendum sur le maintien ou non de la Grande-Bretagne au sein de l'Union européenne, dans une tribune parue dimanche dans The Observer.

"Il est temps de sortir cette question des mains des politiciens et de la remettre dans celle des gens". Tels sont les propos du maire de Londres, Sadiq Khan, qui appelle dimanche 16 septembre dans une tribune à un nouveau référendum sur l'issue du Brexit, quelle que soit l'issue des négocations encore en cours entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne.

"Les gens doivent avoir le dernier mot", affirme Sadiq Khan. Et il poursuit : "Cela signifie un vote public quelle que soit l'issue des négociations, ou un vote sur ce qui serait un 'no-deal' (aucun accord) avec en parallèle l'option de rester dans l'Union européenne".

Selon le maire de Londres, qui avait milité dans le camp anti-Brexit avant le référendum de 2016, les Britanniques "sont maintenant en réel danger de sortir de l'Union européenne sans accord. (...) Ce serait de loin le pire résultat – des études indépendantes montrant que cela pourrait possiblement aboutir à 500 000 emplois en moins pour la Grande-Bretagne d'ici 2030".

Theresa May fragilisée

Le Brexit doit intervenir le 29 mars 2019, mais Londres et Bruxelles ne se sont pas encore entendus sur un accord de sortie. La semaine dernière, le négociateur en chef européen sur le Brexit, Michel Barnier, a jugé possible un accord avec Londres dans un délai et six à huit semaines, soit au plus tard début novembre.

Un calendrier qui fragilise un peu plus la position de Theresa May. La Première ministre britannique, qui négocie les détails du Brexit avec l'UE, est confrontée à de multiples oppositions politiques sur le sujet.

>> À lire : Le Labour votera contre le Brexit, quel que soit l'accord conclu

"Je ne serai pas poussée à accepter des compromis", a-t-elle déclaré début septembre pour tenter de rassurer les députés du Parti conservateur (80 députés), qui se sont dits prêts à voter contre son plan de sortie de l'UE. Le Labour, principal parti d'opposition britannique, a annoncé pour sa part le 14 septembre qu'il voterait contre tout accord sur le Brexit.

Enfin, contrairement à la demande du maire de Londres Sadiq Khan, Theresa May exclut la tenue d'une nouvelle consultation. Mais elle promet de soumettre l'accord en cours de négociation avec Bruxelles aux députés.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 16/09/2018

  • ROYAUME-UNI

    Sadiq Khan fait figure de rassembleur après le vote pro-Brexit

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Au Royaume-Uni, le Labour votera contre le Brexit, quel que soit l'accord conclu

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : Theresa May réaffirme qu'il n'y aura aucun compromis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)