Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Crise économique, ouvriers en grève : les méga chantiers du président turc Erdogan au ralenti

© Kayhan Ozer, service de presse de la présidence turque/AFP | Le président turc Recep Tayyip Erdogan pose dans le tunnel Eurasie qui relie les deux rives du Bosphore lors de la cérémonie d'inauguration le 20 décembre 2016.

Vidéo par Line RIFAI

Texte par Liselotte MAS

Dernière modification : 20/09/2018

Des ouvriers grévistes du chantier du nouvel aéroport d'Istanbul ont été écroués jeudi. Ce mouvement de contestation et la crise économique ralentissent les grands projets d'infrastructure d'Erdogan et ternissent son image de "président-bâtisseur".

Recep Tayyip Erdogan va devoir revoir ses ambitions à la baisse. Marque de fabrique des mandats successifs du président turc, la construction effrénée d’infrastructures est menacée par la crise économique mais aussi par le mécontentement des ouvriers du bâtiment.

"Nous n’envisageons pas de nouveaux investissements", a-t-il lui-même concédé vendredi 14 septembre, tout en précisant que les projets construits à 70 % seront terminés. Une décision actant le retour d’une certaine "discipline budgétaire".

"Si le gouvernement annule ou au moins reporte certains de ces "méga projets", la pression sur les banques turques [qui les financent en partie] sera réduite. Le gouvernement doit faire des économies pour que la situation s’améliore, d’autant que le secteur de la construction est dans une situation très délicate", analyse Ali Agaoglu, éditorialiste et analyste financier turc interrogé par France 24. Même le FMI a vivement conseillé au gouvernement de faire un "tri strict" parmi les projets de ce type.

Lire sur France 24 >> Crise de la livre turque, l’inquiétante onde de choc

Les autorités turques n’ont pas encore précisé quels "méga projets" seraient annulés ou retardés. Les commentateurs politiques et économiques y vont donc de leurs spéculations.

Canal Istanbul maintenu

Un temps, plusieurs éditorialistes ont estimé que le titanesque projet de canal artificiel qui doit relier la mer de Marmara à la mer Noire serait la première victime des mesures d’austérité, parce que jugé trop cher : 15 milliards de dollars avant la dévaluation de la livre turque, soit probablement le double aujourd’hui selon certaines estimations.

© Emlak Konut, promoteur immobilier public turc

Le ministre de l’environnement et de l’urbanisme a finalement fait taire les rumeurs au sujet de ce projet cher au président Erdogan. Il sera maintenu et les travaux commenceront après un appel d’offre ayant pris beaucoup de retard [initialement prévu en 2016], a-t-il déclaré ce samedi 15 septembre. Signe que le gouvernement tient, malgré les déclarations de l’exécutif, à maintenir le plus de méga projets possible.

"Je ne comprends pas très bien pourquoi le gouvernement s’acharne ainsi. Ils veulent continuer à avancer, avancer, mais ça n’est pas durable. Ces projets permettent certes de stimuler la croissance, mais il n’est pas nécessaire d’en construire quatre ou cinq en même temps, d’autant qu’ils ne permettent pas redistribuer les richesses ou de créer du développement", analyse Ali Agaoglu.

Grève au nouvel aéroport

Le troisième aéroport d’Istanbul est appelé à devenir "le plus grand du monde" en 2030 selon les autorités turques. Si la première phase du chantier doit être livrée le 29 octobre pour célébrer le 95ème anniversaire de la République de Turquie, l’avenir du reste du complexe aéroportuaire pourrait être compromis.

© IGA (consortium des constructeurs)

Des milliers d’ouvriers mobilisés sur le chantier ont lancé un mouvement de grève le 14 septembre pour dénoncer des conditions de travail "esclavagistes".

Un tribunal turc a ordonné jeudi 20 septembre le placement en détention provisoire de 24 d'entre eux, provoquant des manifestataions de soutien.

Près de 500 d’entre eux ont été arrêtés par les forces de l’ordre et 10 000 des 15 000 ouvriers ont arrêté le travail selon les syndicats. Difficile pour l’heure de dire si ce mouvement social viendra reporter l’inauguration.

Chantiers arrêtés

D’autres projets semblent ralentis voire réduits, comme le nouveau terminal portuaire de Kabatas à Istanbul et six des huit lignes de métro stambouliotes en cours de construction, selon une enquête menée par The Independent.

Le projet de reconstruction des locaux des renseignements nationaux à Ankara a été mis en suspens et "le gros des travaux de réaménagement de la place Taksim s’est arrêté ces dernières semaines", note le quotidien britannique qui précise que les autorités ne se sont pas exprimées publiquement sur le statut des différents chantiers.

Des tours d'immeuble en construction dans le district d'Esenyurt, sur la rive européenne d'Istanbul. Photos publiées sur Twitter le 25 août 2018. © Twitter/ @CirkinIstanbul

"Tout le monde ici [à Istanbul, NDLR] peut voir que de nombreux chantiers sont arrêtés, comme celui juste en face de mon bureau par exemple", renchérit Ali Agaoglu.

Aux côtés de ces grands projets mis en avant par le gouvernement dans le cadre de son programme de développement Vision 2023, c’est tout le secteur de la construction qui souffre de la crise actuelle.

Le BTP turc "au bord du coma"

Le boom de la construction a fait la prospérité de la Turquie d’aujourd’hui. Les lignes d’horizon des grandes villes se sont parées de gratte-ciels et des milliers d’emplois ont été créés. Mais ce secteur crucial pour l’économie est "malade, au bord du coma", estime Tahir Tellioglu, directeur de la Confédération des entrepreneurs en construction (Timfed), interrogé par le Wall Street Journal. Selon lui, 70 % des chantiers privés ont été arrêtés ou ralentis.

Les entreprises du BTP turques ont bâti leur fortune en empruntant avantageusement en devises étrangères à la suite de la crise économique de 2008, quand les banques centrales avaient inondé les marchés de liquidités. Aujourd’hui, avec une livre turque ayant perdu 40 % de sa valeur face au dollar et des matériaux aux prix indexés sur un dollar fort, ces emprunts deviennent très difficiles à rembourser.

Elles ont ainsi vu les prix de l’acier doubler, ceux du ciment augmenter de 80 % et ceux des composants électroniques de 70 %, selon des données de la Timfed. À cela s’ajoute une crise immobilière dormante, avec 1,5 million de logements construits l’année dernière et entre 1,4 et 2 millions d’invendus, selon des acteurs du secteur immobiliers cités par The Independent. Une disparité de l’offre et la demande qui, selon les économistes, appelle encore une fois à annuler, reporter ou ralentir certains projets.

Première publication : 16/09/2018

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    La Turquie et l'Argentine entraîneront-elles les pays émergents dans leur crise ?

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Du prix du soudjouk à celui de l'iPhone, les Turcs face à la chute de la livre

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Crise de la livre turque, l’inquiétante onde de choc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)