Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Brexit : le coût économique de l'incertitude

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie, Salvini et le fantôme fasciste"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Remaniement : "Et la montagne accoucha d'une souris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RD Congo : la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

FRANCE

Gilles Le Gendre élu chef de groupe : les femmes encore exclues des postes stratégiques de LREM

© Capture d'écran du compte Twitter de Gilles Legendre | Gilles Le Gendre est le nouveau président du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 20/09/2018

Le député de Paris Gilles Le Gendre a été élu mardi président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, succédant à Richard Ferrand. Le parti du président échoue une nouvelle fois à promouvoir des femmes à des postes stratégiques.

Où sont les femmes ? Gilles Le Gendre, 60 ans, a été élu mardi 18 septembre nouveau président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale, succédant à Richard Ferrand, qui accède au perchoir. Le député de Paris est arrivé largement en tête d’un second tour 100 % masculin, avec 157 voix face à Roland Lescure, crédité de 107 votes.

Jusqu’à mardi matin pourtant, trois femmes étaient encore dans la course du premier tour : Amélie de Montchalin (cheffe de file LREM de la commission des Finances), Laetitia Avia (porte-parole du mouvement LREM) et Brigitte Bourguignon (figure de l'aile gauche). Elles ont recueilli respectivement 45, 32 et 19 voix. Mais aucune d’elles ne semble avoir convaincu.

Valérie Rabault (PS), seule femme à présider un groupe politique à l'Assemblée, a regretté que cette élection tende "à accréditer l'idée" qu'il existe un "plafond de verre" pour les femmes dès lors que "l'on aborde des sujets très politiques".

Ni présidente de groupe, ni présidente de l'Assemblée

Les choses avaient pourtant bien commencé au début du quinquennat, puisque 223 femmes avaient été élues députées lors des élections législatives de 2017, un chiffre record. Mais depuis, aucune marcheuse ne semble avoir accédé à des fonctions stratégiques à l'Assemblée.

Voir une femme présider un groupe à l'Assemblée aurait pourtant consolé les féministes, déjà chiffonnées de ne pas voir de femme au perchoir. Le 27 juin 2017, François de Rugy avait en effet succédé à Claude Bartolone à la présidence du palais Bourbon. À l’époque, il se murmurait déjà qu’une femme pouvait occuper la quatrième plus haute fonction de l’État. Le nom de Barbara Pompili, députée reconduite dans la 2e circonscription de la Somme, circulait même avec insistance dans les médias. L'intéressée s'était alors déclarée "flattée", mais ne s'était pas "positionnée".

Le 12 septembre dernier, à la suite d’un remaniement ministériel, c'est encore un homme, Richard Ferrand, alors président de groupe LREM, qui devient président de l'Assemblée nationale. Il avait été désigné par les marcheurs quelques jours avant, lors d’un vote interne face à deux femmes, dont Barbara Pompili. Mais l’élue de la Somme ne parvient pas à convaincre ses confrères.

"Le nouveau président #LREM s'excuse aussi de ne pas être une femme"

Sur Twitter, des féministes ne cachent pas leur déception. Clémentine Autain, députée de la France insoumise, est de ceux-là. "Et le nouveau président #LREM s'excuse aussi de ne pas être une femme ?", raille l’élue de la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis, en référence aux "excuses" de Richard Ferrand après son élection.

Sur le même réseau social, de nombreux messages ont surtout afflué pour féliciter le nouveau chef de groupe. Jusqu'alors l'un des vice-présidents et l'un des porte-parole du groupe LREM, Gilles Le Gendre, un proche de Richard Ferrand, s'est engagé en politique après une carrière dans la presse économique et la création de plusieurs sociétés de conseil.

Libéral convaincu qui rejoint En Marche dès mi-2016, il a emporté sa circonscription face à l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, puis a œuvré au palais Bourbon à la structuration du jeune groupe majoritaire. Dans sa profession de foi de candidat, il a plaidé pour "plus de collégialité", "plus de politique" et "plus d'efficacité".

Dans les couloirs de l'Assemblée, Bruno Bonnell, un temps lui-même candidat, s'est félicité qu'"une véritable nouvelle page s'ouvre, plus technique et plus politique". Mais pas plus féminine.

Première publication : 18/09/2018

  • MAROC

    Violences faites aux femmes : "Le procès Khadija doit marquer un tournant au Maroc"

    En savoir plus

  • Découvertes

    Pour Mae Jemison, première astronaute afro-américaine, "nous avons tous besoin de modèles"

    En savoir plus

  • IRAN

    Une célèbre avocate des droits de l'Homme arrêtée en Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)