Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

FRANCE

Les explications de Benalla devant la Commission d'enquête sénatoriale

© Alain Jocard, AFP | Alexandre Benalla prête serment avant d'être entendu par le Sénat, le 19 septembre 2018.

Vidéo par Julie DUNGELHOEFF

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/09/2018

Interrogé pendant plus de deux heures par la Commission d'enquête sénatoriale, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, est revenu sur son rôle au sein de l'Élysée, sa nomination, ses prérogatives et ses liens avec la police.

La commission d'enquête sénatoriale a entendu ce mercredi 19 septembre l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, mis en examen pour avoir malmené des manifestants en marge des défilés parisiens du 1er-Mai.

Des vidéos montrant le montrant coiffé d'un casque malmenant des manifestants le 1er mai à Paris ont déclenché, à la mi-juillet, une crise jusque-là inédite par son ampleur depuis le début du quinquennat d'Emmanuel Macron. Celui qui était devenu un homme de confiance du chef de l'État a été licencié par la présidence de la République et mis en examen en juillet.

• Lors de son audition devant la commission d'enquête du Sénat, Alexandre Benalla a déclaré avoir "l'impression [d'être] instrumentalisé à des fins politiques", avant de présenter ses excuses au président de la Commission, Philippe Bas, qu'il avait traité de "petit marquis" dans un entretien à France Inter.

• L'ancien chargé de mission de l'Élysée a assuré n'avoir "jamais été ni le policier, ni le garde du corps d'Emmanuel Macron".

• Il a affirmé avoir obtenu un badge d'accès à l'Assemblée nationale pour satisfaire un "caprice personnel" : à savoir aller à la salle de sport et à la bibliothèque de l'Assemblée nationale.

• Il a affirmé que le port d'arme dont il disposait "n'était pas lié à la sécurité du président de la République, mais à [sa propre] sécurité personnelle".

Retrouvez notre liveblog consacré à l’audition d’Alexandre Benalla devant la commission d’enquête sénatoriale :

 

Première publication : 19/09/2018

  • FRANCE

    Affaire Benalla : le rôle de l'ex-chargé de mission au cœur des auditions du Sénat

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Contraint", Benalla annonce qu'il se rendra devant la commission d'enquête du Sénat

    En savoir plus

  • FRANCE

    Imbroglio autour de la convocation de Benalla à la commission d'enquête du Sénat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)