Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Brexit : le coût économique de l'incertitude

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie, Salvini et le fantôme fasciste"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Remaniement : "Et la montagne accoucha d'une souris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RD Congo : la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

Racing 92: "ne pas trop rentrer dans le jeu" des 4 remplacements sur blessure explique Travers

© AFP/Archives | L'entraîneur des avants du Racing 92 Laurent Travers à Bilbao lors du match face au Leinster en finale de Coupe d'Europe le 11 mai 2018

NANTERRE (AFP) - 

Le Racing 92 explique ne pas vouloir entrer dans le jeu des 4 remplacements supplémentaires sur blessure afin de ne pas s'habituer à cette nouvelle règle instaurée dans le Top 14 mais dont l'application suscite des critiques, a expliqué l'entraîneur des avants du club Laurent Travers.

"Il y a une règle, il faut qu'elle soit appliquée", a commencé le technicien, interrogé par l'AFP sur l'instauration d'éventuelles sanctions pour éviter que les équipes ne camouflent des changements tactiques en changements sur blessure.

"Il nous arrivera peut-être de le faire", a admis Travers. "Mais nous, on essaye de ne pas trop rentrer dans ce jeu-là parce qu'au niveau de la Coupe d'Europe, on ne pourra pas l'appliquer. Il faut faire attention de ne pas s'habituer à aller dans ce sens-là."

La Ligue nationale de rugby (LNR) et la Fédération (FFR) ont obtenu de World Rugby de pouvoir expérimenter cette mesure cette saison afin de voir si elle permet de limiter les blessures. La mesure ne vaut donc ni pour la Coupe d'Europe, ni pour les tests internationaux.

Pour autant, impossible de faire une distinction entre vraies et fausses blessures, estime Travers. "Je ne suis pas médecin. Les gens qui sont sur le bord (du terrain) ne sont pas médecins. Un joueur peut avoir une gastro-entérite, n'importe quoi qui ne peut pas être constaté. S'il est faible, s'il est fatigué, il y a aussi un risque de blessure," a-t-il avancé.

"Prenez le cas d'un joueur qui a des crampes, ou une contracture. Il ne peut pas finir le match. Il faut qu'on dise à nos joueurs: +sors en boitant+? C'est hors de question. Il y a des joueurs que j'ai vu sortir et dont on pense qu'ils ne sont pas blessés, mais le week-end d'après ils ne jouaient pas parce qu'ils étaient vraiment blessés," a ajouté l'entraîneur du Racing.

La commission de discipline de la LNR doit se prononcer mercredi soir sur une réclamation portée par le président de l'Union Bordeaux-Bègles Laurent Marti, qui accuse l'encadrement de Montpellier d'avoir détourné la règle en remplaçant Yvan Reilhac par François Steyn, lors du match nul (9-9) entre les deux clubs, alors que le premier n'était pas blessé.

© 2018 AFP