Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

Turquie: près de 4 ans de prison pour les dirigeants d'une chaine de télévision

© AFP/Archives | Des officiers de police turcs arrivent au siège d'IMC TV le 04 octobre 2016, à Istanbul

ISTANBUL (AFP) - 

Un tribunal d'Istanbul a condamné mercredi à 3 ans et 9 mois de prison les dirigeants d'une chaîne de télévision fermée après le coup d'Etat manqué de juillet 2016, pour "propagande terroriste", selon Reporters Sans Frontières (RSF).

Les copropriétaires de la chaîne Hayatin Sesi, Mustafa Kara et Ismail Gökhan Bayram, ainsi que son rédacteur en chef, Gökhan Cetin, ont été condamnés à 3 ans et 9 mois d'emprisonnement, a déclaré à l'AFP Erol Önderoglu, représentant en Turquie de RSF.

Ils sont accusés d'avoir diffusé de la "propagande terroriste" en faveur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et du groupe Etat islamique (EI).

Hayatin Sesi, une chaîne de gauche qui avait vivement critiqué le président Recep Tayyip Erdogan et couvert de près les manifestations de l'été 2013 contre son régime, a été fermée par décret-loi à la suite du coup d'Etat manqué de 2016.

Les trois hommes restent libres dans l'attente de leur jugement en appel, précise M. Önderoglu, qui évoque une "peine très grave" et "disproportionnée".

Les ONG de défense de la liberté de la presse dénoncent régulièrement l'érosion de cette liberté en Turquie, en particulier depuis la tentative de putsch de 2016 qui a été suivie de l'arrestation de journalistes et de la fermeture de médias.

La Turquie occupe la 157e place sur 180 pays au classement de la liberté de la presse établi par Reporters Sans Frontières.

© 2018 AFP