Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun, la demande de M. Kamto d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

USA: le Sénat protège les royalties numériques des chansons anciennes

© AFP/Archives | Des artistes comme Paul McCartney ont soutenu la réforme des royalties aux Etats-Unis

WASHINGTON (AFP) - 

Le Sénat des Etats-Unis a adopté mardi à l'unanimité une loi garantissant le versement de royalties pour la diffusion numérique de chansons datant d'avant 1972, une décision marquante en matière de compensation des musiciens.

La Chambre des représentants avait donné son feu vert en avril, avec quelques différences par rapport à la version validée par le Sénat. Il faudra donc attendre que les deux chambres gomment ces aspérités pour que la loi soit définitivement approuvée par le Congrès.

Les parlementaires ont fait fi des objections de la plateforme radio SiriusXM, qui a été menacée de boycott par de grands noms de la musique comme Paul McCartney et Katy Perry.

Le "Music Modernization Act", ou loi de modernisation de la musique, prévoit avant tout que les services d'écoute en flux et autres services numériques paient les musiciens pour les chansons écrites avant 1972, date à laquelle la législation actuelle sur les droits d'auteur s'applique.

Jusqu'à présent, les artistes n'avaient pas droit à compensation financière lorsque ces diffuseurs jouaient leurs chansons d'avant 1972.

Cette réforme doit aussi permettre aux producteurs et aux techniciens de chercher à obtenir des royalties pour les morceaux sur lesquels ils ont travaillé, alors qu'ils ne disposaient pas de cette possibilité auparavant.

© 2018 AFP