Accéder au contenu principal

La Colombie bat des records de production de coca et de cocaïne

Une production clandestine de coca dans le département de Guaviare en Colombie, le 25 septembre 2017.
Une production clandestine de coca dans le département de Guaviare en Colombie, le 25 septembre 2017. Raul Arboleda, AFP

Avec une hausse des ses plantations de coca et une augmentation de ses capacités de transformation en cocaïne, la Colombie reste le principal pays producteur de cette drogue. L'État colombien envisage d'asperger les cultures avec du glyphosate.

PUBLICITÉ

La Colombie reste le plus gros producteur de cocaïne du monde. L’année 2017 a été marquée par une hausse record des cultures de feuille de coca colombienne et du potentiel de fabrication de cette drogue dans ce pays d’Amérique latine.

Les plantations illicites de coca se sont accrues de 17 % à 171 000 hectares par rapport à l'année passée, tandis que la capacité de production de cocaïne a augmenté de 31 % à 1 379 tonnes, soit une valeur marchande estimée à 2,7 milliards de dollars. D’après l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), qui publie ces données, ce sont des chiffres sans précédent depuis 2001.

>> À lire : La production mondiale d'opium et de cocaïne atteint des chiffres record selon l'ONU

Autre donnée préoccupante, il y a non seulement davantage de cultures, mais elles sont aussi plus productives du fait notamment de variétés plus résistantes aux maladies, demandant moins de soins agricoles et d'une diminution des actions des autorités.

Les plantations actuelles produisent 33 % plus de feuilles qu'en 2012, ce qui fait de la Colombie le premier cultivateur de coca et producteur de cocaïne devant le Pérou (43 900 Ha), et la Bolivie (24 500 Ha).

Des aspersions de glyphosates dangereuses pour la santé

L'ONUDC a exprimé sa "profonde préoccupation quant au capital issu de l'économie des drogues", qui affecte les efforts de la Colombie pour construire la paix après plus d'un demi-siècle de guerre, renforce les groupes armés illégaux et menace la stabilité de l'État.

Les régions frontalières de l'Équateur et du Venezuela sont les plus affectées par les narco-plantations. Des gangs de narco-trafiquants et des groupes dissidents de l'ex-guérilla Farc, désarmée et transformée en parti politique depuis l'accord de paix de 2016, se disputent le contrôle de cette zone stratégique pour l'exportation de la cocaïne vers les États-Unis, premier consommateur du monde.

>> À voir : En images : saisie de 12 tonnes de cocaïne en Colombie, un record

Le gouvernement colombien a assuré vouloir lutter contre le trafic de drogue via une "politique intégrale", qui sera communiquée dans les prochaines semaines et ira de la prévention à l'éradication forcée des narco-plantations.

Parmi ces mesures pourrait figurer l’utilisation de glyphosate. Le président Duque envisage de reprendre les aspersions aériennes de ce puissant désherbant, suspendues depuis 2015 en raison des dégâts potentiels sur la santé humaine et l'environnement. Une mesure soutenue par le président américain Donald Trump, qui a sévèrement critiqué la hausse des narco-plantations.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.