Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Le centenaire de la Royal Air Force célébré à Saint-Omer, son "berceau spirituel"

© AFP | Cérémonie commémorant la création, il y a 100 ans, de la RAF, à Saint-Omer le 20 septembre 2018

SAINT-OMER (FRANCE) (AFP) - 

En 1918, après quatre ans de présence, le dernier escadron de l'armée de l'air britannique quittait l'aérodrome de Saint-Omer (Pas-de-Calais) : le centenaire de la Royal Air Force a été célébré jeudi dans son ancien quartier général pendant la Première guerre mondiale.

Lors de la Grande Guerre, quand l'armée de l'air britannique, le "Royal Flying Corps" (RFC), s'installe sur l'aérodrome de Saint-Omer - près du front, mais dans une zone épargnée par les combats -, il s'agit encore d'une petite unité.

Depuis cette base opérationnelle, les escadrons britanniques vont alors se structurer sous le commandement du Général Hugh Trenchard qui voulait "maîtriser le ciel". Les pilotes effectueront principalement des missions de reconnaissance pour recueillir des informations sur les mouvements de l'armée allemande.

Saint-Omer est ainsi le "berceau" de la RAF, qui naît le 1er avril 1918, de la fusion entre les RFC et les Royal Navy Air Service (RNAS).

"L'armée de l'air britannique en 1914, c'était 60 appareils et 3.500 hommes, en 1918, c'était 3.500 avions opérationnels et 330.000 hommes", résume Laurent Seillier, historien missionné à La Coupole, le centre d'histoire et de mémoire du Pas-de-Calais.

Quelque 9.000 hommes ont perdu la vie dans l'armée de l'air britannique lors de cette guerre, affirme-t-il.

L'importance de Saint-Omer "durant la Première Guerre mondiale, autant pour son aérodrome, son rôle de base opérationnelle avancée et de centre de tri, n'est plus à démontrer et cette ville occupe une place toute particulière dans l'histoire de l'aviation militaire britannique", a déclaré le sergent-chef Robert Swanson, représentant de l'escadron 9, formé en France, lors de la cérémonie officielle à l?aérodrome de Saint-Omer.

"L'expérience des pères fondateurs de la Royal Air Force a été clé, leur présence ici a eu un impact important pour l'histoire de la RAF, nous avons des fondements très robustes", a aussi lancé le général de corps aérien Stuart Evans, commandant en second des forces aériennes alliées Otan, lors de cette cérémonie.

Plusieurs avions militaires ont survolé l'aérodrome, en présence de centaines de britanniques (militaires, cadets, anciens combattants, familles de soldats).

Cet événement a été précédé d'un office à la cathédrale de Saint-Omer et d'un temps de recueillement au cimetière des souvenirs de Longuenesse, où un hommage a été rendu aux soldats morts durant cette guerre.

© 2018 AFP