Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Entre désistements et critiques, le "Davos du désert" s'ouvre à Riyad

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Paul Biya réélu pour un 7e mandat présidentiel

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

SPORT

La Russie savoure la levée des sanctions de l'Agence mondiale antidopage

© Fabrice Coffrini, AFP | Le président de l'Agence mondiale antidopage Craig Reedie, à Lausanne, le 21 mars 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2018

L'Agence mondiale antidopage a levé, jeudi, les sanctions contre la Russie portant sur son système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015. De nombreuses voix s'élèvent pour critiquer cette décision.

Le sport russe exulte. L'Agence mondiale antidopage (AMA) a levé, jeudi 20 septembre, la suspension de l'agence antidopage Rusada, assurant que ce vote est le fruit de "l'énorme travail" réalisé tout en reconnaissant avoir encore "beaucoup à faire".

Réuni aux Seychelles, le comité exécutif de l'AMA a décidé lors d'une réunion à huis clos de "rétablir" (neuf voix pour, deux contre, une abstention) l'agence russe antidopage Rusada "comme conforme au Code (mondial antidopage, ndlr), et ce seulement sous strictes conditions", a déclaré le président de l'AMA, Craig Reedie.

>> À lire aussi sur France 24 : "Le Comité international olympique lève la suspension de la Russie"

Cette décision, très critiquée dans la communauté antidopage, est une victoire pour Moscou, qui n'a pourtant jamais reconnu publiquement les conclusions du rapport McLaren sur l'existence d'un système institutionnel de dopage entre 2011 et 2015.

La première à réagir a été la vice-Première ministre russe chargée des Sports, Olga Golodets. "Nous saluons la décision de l'AMA. La Russie confirme son attachement aux principes d'un sport propre", a-t-elle déclaré, citée par les agences russes. "Ces dernières années, un énorme travail a été effectué en Russie pour créer des conditions transparentes et claires" de lutte contre le dopage, a-t-elle ajouté.

Un "premier pas"

Au cours d'une conférence de presse organisée quelques minutes après l'annonce de l'AMA, le patron de l'agence antidopage russe, Iouri Ganous, a de son côté salué un "premier pas", disant espérer que la Russie avait "commencé à tourner cette page sombre du sport russe et soviétique". "Nous avons beaucoup de travail devant nous. En premier lieu, il est nécessaire de rétablir la confiance" dans le sport russe, a-t-il poursuivi.

Depuis plusieurs mois, l'AMA estimait que la Russie avait accompli de nombreux progrès de gouvernance en matière de lutte antidopage. L'ensemble de la direction de Rusada, accusée d'avoir couvert des cas de dopage, a notamment été remplacée après l'éclatement du scandale.

Les autorités ont de leur côté durci la politique antidopage, introduisant une responsabilité pénale en cas de dopage. En juin 2017, l'AMA avait autorisé la Rusada à mener de nouveau des programmes de contrôle antidopage, sous tutelle de l'agence antidopage britannique.

Mea culpa

Proche de Vladimir Poutine et homme à tout faire du sport russe, accusé nommément dans le rapport McLaren, le vice-Premier ministre chargé des Sports Vitali Moutko a fini par être évincé en mai 2018, remplacé par Olga Golodets lors du remaniement ayant suivi la réélection de Vladimir Poutine.

Quand à Iouri Ganous, issu du secteur privé, il avait été nommé en août 2017, amorçant un changement de ton de Moscou face au scandale.

Le crédit de la Russie en matière de lutte antidopage "est épuisé", déclarait-il peu après son élection, réfutant la thèse "d'une attaque ciblée" contre la Russie défendue par nombre de hauts responsables russes depuis l'éclatement du scandale. Jeudi, il a répété que la Russie ne peut plus se "permettre de tels scandales", estimant que "les sportifs doivent jouer selon les règles" et allant jusqu'à assurer comprendre les critiques des opposants à une levée de la suspension russe.

Les excuses publiques du président de la Fédération russe d'athlétisme (Rusaf) Dmitri Chliakhtine pour l'implication de son pays dans ce vaste système de dopage, à la tribune du Congrès de l'IAAF, étaient un autre signe positif envoyé en août 2017.

L'athlétisme russe est interdit de compétitions internationales par l'IAAF et sa réintégration n'est pas garantie après la décision de l'AMA, mais Dmitri Chliakhtine a déclaré jeudi, cité par Interfax, "regarder avec optimisme les prochaines étapes pour accélérer le processus de réintégration" de la Rusaf.

Avec AFP

Première publication : 20/09/2018

  • SPORT

    Dopage : 47 athlètes russes ne pourront pas participer aux JO de Pyeongchang

    En savoir plus

  • SPORT

    Dopage : la Russie est exclue des Jeux paralympiques de Pyeonchang

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    JO d'hiver 2018 : la Russie suspendue, ses athlètes autorisés sous drapeau neutre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)