Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Brexit : le coût économique de l'incertitude

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie, Salvini et le fantôme fasciste"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Remaniement: "Et la montagne accoucha d'une souris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RD Congo : la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

Judo: les Bleus au ralenti, le Japon en quatrième vitesse

© AFP | La Française Hélène Receveaux (en blanc) face à l'Allemande Theresa Stoll lors des Mondiaux de judo à Bakou, le 22 septembre 2018

PARIS (AFP) - 

Médaillée de bronze mondiale il y a un an, Hélène Receveaux (-57 kg), la meilleure représentante française de la journée, n'a pas réussi à se hisser de nouveau jusqu'au podium aux Championnats du monde de judo, samedi à Bakou.

Battue en quarts de finale puis en repêchage, Receveaux (27 ans) se classe septième.

Après trois des sept jours de compétition, le compteur de médailles des Bleus reste bloqué à une, celle en bronze d'Amandine Buchard (-52 kg), en attendant l'entrée en lice de la vice-championne olympique et championne du monde en titre, Clarisse Agbegnenou (-63 kg), dimanche.

En fin de matinée, Receveaux a d'abord fini par plier après quasiment deux minutes dans le golden score (le temps additionnel après les quatre minutes réglementaires de combat) face à la Mongole Sumiya Dorjsuren, championne du monde sortante et vice-championne olympique en titre (waza-ari). Puis elle a cédé contre l'Allemande Theresa Stoll (ippon) en repêchage.

"Je n'ai pas réussi à m'affirmer, j'étais trop statique, je suis plus que déçue parce que je passe à pas grand-chose des demi-finales et après, je ne peux même pas combattre pour une place de troisième", a regretté Receveaux au micro de la chaîne L'Equipe.

Presque un an après une opération des ligaments croisés du genou gauche, Priscilla Gneto (-57 kg, 27 ans), est elle tombée dès le troisième tour, contre la Kosovare Nora Gjakova, championne d'Europe en titre (ippon).

- Quatre sur six -

Côté messieurs (-73 kg), Benjamin Axus et Guillaume Chaine ont été stoppés au quatrième tour, le premier par le Géorgien Lasha Shavdatuashvili (waza-ari), le second par le Japonais Soichi Hashimoto, vainqueur sortant, dans le golden score (ippon).

A deux ans des jeux Olympiques à Tokyo, le Japon est lui confortablement installé en tête du classement des nations, avec quatre médailles d'or - sur six distribuées -, trois en argent et une en bronze.

Son quatrième titre de la compétition lui a été offert par Tsukasa Yoshida (-57 kg), elle aussi un des visages de la génération 2020. Médaillée d'argent en 2017, Yoshida (22 ans) n'a pas laissé respirer la Britannique Nekoda Smythe-Davis en finale, battue en seulement 1 min 20 sec.

Dorjsuren, N.1 mondiale de la catégorie, doit se contenter d'une médaille de bronze.

En -73 kg, Hashimoto a lui été détrôné par le Sud-Coréen An Changrim, sacré pour la première fois, à 24 ans, après avoir été médaillé de bronze des deux précédentes éditions.

Le pays hôte, l'Azerbaïdjan, a obtenu sa première récompense de la semaine : le jeune Hidayat Heydarov (21 ans), champion d'Europe 2017 et champion du monde juniors en titre, est monté sur la troisième marche du podium.

© 2018 AFP