Accéder au contenu principal

Judo: les Bleus au ralenti, le Japon en quatrième vitesse

La Française Hélène Receveaux (en blanc) face à l'Allemande Theresa Stoll lors des Mondiaux de judo à Bakou, le 22 septembre 2018
La Française Hélène Receveaux (en blanc) face à l'Allemande Theresa Stoll lors des Mondiaux de judo à Bakou, le 22 septembre 2018 La Française Hélène Receveaux (en blanc) face à l'Allemande Theresa Stoll lors des Mondiaux de judo à Bakou, le 22 septembre 2018 AFP
PUBLICITÉ

Paris (AFP)

Médaillée de bronze mondiale il y a un an, Hélène Receveaux (-57 kg), la meilleure représentante française de la journée, n'a pas réussi à se hisser de nouveau jusqu'au podium aux Championnats du monde de judo, samedi à Bakou.

Battue en quarts de finale puis en repêchage, Receveaux (27 ans) se classe septième.

Après trois des sept jours de compétition, le compteur de médailles des Bleus reste bloqué à une, celle en bronze d'Amandine Buchard (-52 kg), en attendant l'entrée en lice de la vice-championne olympique et championne du monde en titre, Clarisse Agbegnenou (-63 kg), dimanche.

En fin de matinée, Receveaux a d'abord fini par plier après quasiment deux minutes dans le golden score (le temps additionnel après les quatre minutes réglementaires de combat) face à la Mongole Sumiya Dorjsuren, championne du monde sortante et vice-championne olympique en titre (waza-ari). Puis elle a cédé contre l'Allemande Theresa Stoll (ippon) en repêchage.

"Je n'ai pas réussi à m'affirmer, j'étais trop statique, je suis plus que déçue parce que je passe à pas grand-chose des demi-finales et après, je ne peux même pas combattre pour une place de troisième", a regretté Receveaux au micro de la chaîne L'Equipe.

Presque un an après une opération des ligaments croisés du genou gauche, Priscilla Gneto (-57 kg, 27 ans), est elle tombée dès le troisième tour, contre la Kosovare Nora Gjakova, championne d'Europe en titre (ippon).

- Quatre sur six -

Côté messieurs (-73 kg), Benjamin Axus et Guillaume Chaine ont été stoppés au quatrième tour, le premier par le Géorgien Lasha Shavdatuashvili (waza-ari), le second par le Japonais Soichi Hashimoto, vainqueur sortant, dans le golden score (ippon).

A deux ans des jeux Olympiques à Tokyo, le Japon est lui confortablement installé en tête du classement des nations, avec quatre médailles d'or - sur six distribuées -, trois en argent et une en bronze.

Son quatrième titre de la compétition lui a été offert par Tsukasa Yoshida (-57 kg), elle aussi un des visages de la génération 2020. Médaillée d'argent en 2017, Yoshida (22 ans) n'a pas laissé respirer la Britannique Nekoda Smythe-Davis en finale, battue en seulement 1 min 20 sec.

Dorjsuren, N.1 mondiale de la catégorie, doit se contenter d'une médaille de bronze.

En -73 kg, Hashimoto a lui été détrôné par le Sud-Coréen An Changrim, sacré pour la première fois, à 24 ans, après avoir été médaillé de bronze des deux précédentes éditions.

Le pays hôte, l'Azerbaïdjan, a obtenu sa première récompense de la semaine : le jeune Hidayat Heydarov (21 ans), champion d'Europe 2017 et champion du monde juniors en titre, est monté sur la troisième marche du podium.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.