Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

Top 14: Russell et Zebo relancent le Racing face à Castres

© AFP | L'Irlandais Simon Zebo (d) après un essai pour le Racing face à Castres, le 22 septembre 2018 à Nanterre

NANTERRE (AFP) - 

Merci les recrues. Porté par un début de match tonitruant de Finn Russell et Simon Zebo avant de se faire peur, le Racing 92 a dominé Castres (27-11) samedi à domicile pour revenir aux avant-postes du Top 14 à l'occasion de la 5e journée.

Une deuxième défaite à l'Arena après celle, lourde, concédée face à Clermont (40-17), aurait placé les Franciliens en situation inconfortable avant le derby sur le terrain du Stade Français dimanche prochain.

Au lieu de ça, ils rejoignent au moins provisoirement leurs meilleurs ennemis (en déplacement à Pau dimanche) à la deuxième place (ex æquo avec Toulouse et... Castres).

Mais il leur faudra monter de plusieurs crans le curseur à Jean-Bouin vu la partition proposée samedi, hormis, donc, en début de rencontre, et dans le dernier quart d'heure.

Il n'a en effet fallu que 59 secondes à Virimi Vakatawa pour marquer le premier essai, soit six secondes de moins que lors du dernier match à l'Arena, face à Agen (59-7).

L'international français d'origine fidjienne, servi par Juan Imhoff, a été à la conclusion d'une action superbe, initiée sur la ligne médiane par Russell, servant d'une passe après contact Zebo.

L'ouvreur international écossais et l'arrière international irlandais, arrivés à l'intersaison pour apporter du gaz au jeu du Racing, ont remis ça un peu plus de quinze minutes plus tard, juste après un essai refusé au CO pour en-avant de passe peu évident, sur une prise d'intervalle de Russell pour une chistera après contact main-main à destination de Zebo (19e, 17-3).

- Doublé de Zebo -

Mais les Ciel et Blanc se sont ensuite éteints. La faute à des champions de France en titre (après avoir éliminé le Racing en demi-finale), qui ont confirmé qu'ils avaient attaqué la saison (victoire à Montpellier, courte défaite à Toulon) comme ils avaient terminé la précédente.

Ils sont revenus petit à petit dans le match pour, après une domination stérile, revenir à six longueurs avant l'heure de jeu (17-11) après une pénalité de Benjamin Urdapilleta (47) et un essai de Paea Fa'anunu (53).

Le Racing a toutefois sa propre responsabilité dans l'énorme trou d'air vécu pendant une quarantaine de minutes, puisqu'il a totalement déjoué, à l'instar de Russell, subi sur les points de collision comme en mêlée et s'est montré friable en touche.

L'absence de plusieurs joueurs clés, blessés de longue date (Lambie, Machenaud, Dulin et Szarzewski), récemment (Thomas, Chat, Sanconnie, Ben Arous, Lauret et Iribaren) ou suspendu (Le Roux) peut expliquer ces déficiences. Lesquelles n'ont pas eu de conséquence samedi, grâce à un sursaut en fin de match (essai de Zebo, 70e) face à des Tarnais réduit à quatorze (exclusion temporaire de Tulou, 67e).

© 2018 AFP