Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Khashoggi : quelles conséquences économiques pour l'Arabie Saoudite ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Quand la Chine "rééduque" ses musulmans"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Jamal Khashoggi: "On ne menace pas l'Arabie saoudite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Louise Mushikiwabo nommée à la tête de la Francophonie malgré les critiques

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Climat : trop nombreux pour la planète ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Bien-être animal : la France, mauvaise élève

En savoir plus

TECH 24

Et si une intelligence artificielle prenait les décisions à votre place ?

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Nos gestes écocitoyens suffiront-ils ?

En savoir plus

Toulon: Fekitoa estime que pour Boudjellal, "tout est une question de business"

© AFP/Archives | Le centre néo-zélandais de Toulon Malakai Fekitoa inscrit un essai lors de la réception de Clermont le 25 mars 2018 en Top 14

PARIS (AFP) - 

"Pour lui, tout est une question de business": le centre néo-zélandais de Toulon Malakai Fekitoa a égratigné le président du club varois, Mourad Boudjellal, dans un entretien paru samedi dans le New Zealand Herald, où il a affirmé espérer rejouer un jour pour les All Blacks.

Arrivé sur la Rade à l'été 2017 avec un contrat de deux ans en poche, Fekitoa (26 ans, 24 sél.) a d'abord décrit Boudjellal comme "beaucoup impliqué au niveau du jeu et de l'équipe". "Il est là tous les jours, quasiment à chaque entraînement. il est à côté des entraîneurs, à passer des coups de téléphone et s'assurer que les supporters se sentent bien."

Il l'a ensuite décrit comme "plutôt tendu". "Une fois, j'ai subi ses reproches. Il m'a dit que je n'avais pas fait grand-chose pendant le match. Lors du suivant, j'ai bien joué, et il m'a serré la main. C'est sa façon d'être" a-t-il poursuivi.

"Pour lui, tout est une question de business. Dès lors, j'ai réalisé qu'il fallait faire ce qui était bon pour sa propre personne. Lui fait ce qui est bon pour lui" a estimé Fekitoa, pour qui Boudjellal "veut juste gagner".

"La plupart du temps, à moins d'être mécontent, il ne te parle pas vraiment" a ajouté le centre, qui apprécie peu la façon de vivre le rugby dans le Var.

"Au pays, on le vit plus comme une affaire de famille, il est question de joueurs et d'équipe. Chacun s'entraide, peu importe ce que tu traverses" alors qu'en France "c'est plus du business. Il faut faire son boulot et gagner".

Fekitoa, qui n'entrait plus dans les plans du sélectionneur néo-zélandais Steve Hansen et avait cédé aux lucratives sirènes du Top 14, dit cependant avoir réalisé en France "qu'il y avait autre chose dans la vie que le rugby".

Aussi envisage-t-il de retourner en Nouvelle-Zélande fort de cette expérience, l'été prochain au terme de son contrat: "Dans les prochains mois, je vais décider si je reste ici pour y jouer le plus longtemps que je peux, ou retourner au pays pour tirer avantage de ce que j'ai appris."

Avec éventuellement les All Blacks: "Beaucoup de gens pensent que j'en suis trop loin mais je suis trop jeune pour y renoncer. Je veux de nouveau jouer au plus haut niveau. Je veux postuler. Je sais que je ne fais pas partie des plans en ce moment mais qui sait ?"

© 2018 AFP