Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun, la demande de M. Kamto d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

EUROPE

Nouveau poste pour le contesté chef du renseignement allemand

© Odd Andersen, AFP | Hans-Georg Maassen le 12 septembre 2018 à Berlin.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2018

Démis de ses fonctions, le chef des services de renseignement allemands, Hans-Georg Maassen, qui avait mis en cause l'existence de "chasse aux migrants" à Chemnitz, sera affecté à un nouveau poste, selon une annonce du gouvernement dimanche.

Après la crise, le compromis. La chancelière allemande, Angela Merkel, et sa coalition sont parvenues, dimanche 23 septembre, à un accord sur la nouvelle affectation du chef du renseignement intérieur à l’origine d’une crise gouvernementale.

Hans-Georg Maassen, 55 ans, démis de ses fonctions cette semaine après avoir été accusé de collusion avec l'extrême droite, sera nommé représentant spécial pour la sécurité intérieure, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer.

Cette nouvelle fonction ne représente pas une promotion en terme de salaire ou de statut. Démis de ses fonctions mardi, Hans-Georg Maassen avait d'abord été affecté dans la foulée à un poste plus élevé, et mieux payé : celui de secrétaire d'État à la Sécurité auprès du ministre de l'Intérieur.

Avec cette promotion-sanction, la chancelière et ses alliés, la CSU bavaroise et les sociaux-démocrates du SPD, avaient espéré alors clore un feuilleton qui avait paralysé pendant plus d'une semaine l'action du gouvernement. Mais ce fragile compromis a été critiqué de toutes parts, notamment au sein du SPD, accentuant la pression sur la patronne des sociaux-démocrates, Andrea Nahles, qui avait accepté cet accord.

Affaiblissement politique d'Angela Merkel

Le SPD réclamait la tête de Hans-Georg Maassen, accusé de sympathies avec l'extrême droite et d'avoir remis en cause l'existence de "chasses" aux étrangers dans les rues de Chemnitz (Saxe) fin août. De son côté, Horst Seehofer, en désaccord avec la politique migratoire d’Angela Merkel, défendait le chef du renseignement.

Sur le plan politique, la crise ouverte autour de Hans-Georg Maassen n'a été qu'une nouvelle illustration de l'affaiblissement politique croissant de la chancelière, dont le mandat en cours à la tête du gouvernement s'annonce comme le dernier. Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD, entré à reculons au gouvernement, et la CSU qui ne cesse de contester sa politique migratoire.

Avec AFP

Première publication : 23/09/2018

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : le patron du renseignement remercié

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Le renseignement allemand arrête un des ses agents soupçonné de préparer un attentat

    En savoir plus

  • ANTISÉMITISME

    Allemagne : un restaurant cacher attaqué en marge d'une manifestation anti-migrants à Chemnitz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)