Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Les robots envahissent nos entreprises

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la candidate libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

Golf: Woods tout près du but au 3e tour du Tour Championship

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP | L'Américain Tiger Woods au 3e tour du Tour Championship au East Lake Golf Club d'Atlanta, en Géorgie, le 22 septembre 2018

ATLANTA (ETATS-UNIS) (AFP) - 

L'ancien roi incontesté du golf Tiger Woods touche peut-être au but: cinq ans après son dernier succès sur le circuit professionnel américain (PGA), il aborde dimanche le dernier tour du Tour Championship avec trois coups d'avance sur ses premiers poursuivants.

Comme à ses plus belles heures, le "Tigre", 42 ans, a enchaîné les coups d'exception et écoeuré ses rivaux pendant la première partie du 3e tour samedi.

Il a réussi cinq birdies de suite et bouclé les neuf premiers trous avec un score impressionnant de 30 (-5) pour compter jusqu'à six coups d'avance sur l'Anglais Justin Rose, médusé.

"J'ai pris un bon départ en réussissant des bons putts, je me suis souvent trouvé dans de bonnes positions sur les greens", s'est réjoui le joueur de golf le plus célèbre de la planète.

Pour le plus grand plaisir des spectateurs massés autour du parcours d'East Lake près d'Atlanta, Woods a rallié le club-house avec une nouvelle carte de 65 (-5), sa deuxième de la semaine, pour un total de 198 (-12).

Il a certes été moins fringant sur le "retour", les neuf derniers trous de la journée. Mais ses sept birdies et deux bogeys lui donnent une confortable avance sur Rose et sur le Nord-Irlandais Rory McIlroy, 2e ex aequo (201, -9).

Derrière, les dégâts sont énormes: l'Espagnol Jon Rahm qui partage la 4e place avec l'Américain Kyle Stanley, accuse six coups de retard.

L'ancien N.1 mondial Dustin Johnson est relégué à la 9e place, à huit longueurs de Woods.

- 1.875 jours de disette -

Les statistiques plaident largement en faveur du leader. Dans sa carrière, sur les 57 fois où il a abordé en tête un 4e tour, il s'est imposé à 54 reprises.

Le 80e titre PG de sa carrière, le premier depuis le Bridgestone Invitational en août 2013 soit une disette de 1.875 jours, est-il déjà assuré de rejoindre son imposante armoire à trophées?

"J'ai trois coups d'avance, mais il y a derrière moi plusieurs joueurs qui jouent bien, il va falloir attendre dimanche", a-t-il temporisé.

Avant de reconnaître qu'il était tout de même dans une bonne position. "Le calcul est simple à faire: si je me contente du par, il faut que les autres finissent sur un 67 pour aller en barrages. Ça aide beaucoup, car je sais que je ne dois pas faire un 63 ou un 64 et en plus compter sur l'aide des autres pour gagner", a rappelé le joueur aux 14 titres du Grand Chelem.

S'il devait s'imposer dimanche, cela serait pour ses pairs, comme l'Anglais Tommy Fleetwood "l'un de ses plus grands exploits".

Revenu à la 21e place mondiale après être sorti, un temps, du top 1.000 planétaire, Woods a vécu entre 2014 et 2017 quatre saisons cauchemardesques, entre longues absences sur blessure au dos opéré quatre fois, et des déboires personnels.

Pour parachever sa rédemption, il ne lui manque plus qu'à finir en tête la dernière journée de la saison sur le circuit PGA dimanche, avant de s'envoler pour la France où il sera l'une des stars, sinon la star, de la Ryder Cup.

"J'aimerais bien gagner ce tournoi", a-t-il admis, tout sourire.

© 2018 AFP