Accéder au contenu principal

À Rome, Steve Bannon marque une nouvelle étape de sa croisade anti-Union européenne

Steve Bannon, samedi 22 septembre 2018, à Rome.
Steve Bannon, samedi 22 septembre 2018, à Rome. Tiziana Fabi, AFP

L'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, était samedi soir à Rome, où il a réaffirmé sa volonté d'aider les partis d'extrême-drpoite européens à remporter les futures élections européennes.

PUBLICITÉ

Deux semaines après avoir rencontré l’homme fort du gouvernement italien et patron de la Ligue, Matteo Salvini, l'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a fait une nouvelle fois étape en Italie, samedi 22 septembre, terreau fertile pour ses idées ultra-conservatrices.

Proche de l'extrême droite américaine, Steve Bannon mène depuis plusieurs mois une campagne anti-Union européenne qui l'a conduit dans plusieurs capitales, où il a systématiquement fustigé les élites, la bureaucratie et les médias traditionnels.

"Si je suis venu ici aujourd'hui, c'est pour vous dire que tout est inextricablement lié. Le Brexit, Trump, les élections de mars 2018 en Italie font partie d'un tout", a déclaré Steve Bannon samedi soir à Rome, où il était l'invité d'honneur de la kermesse annuelle du petit parti souverainiste "Fratelli d'Italia". "La première chose est un rejet total de ce que les élites ont imposé à la civilisation occidentale. C'est pourquoi l'Italie est aujourd'hui le centre de l'univers politique", a-t-il lancé.

>> À lire sur France 24 : "Steve Bannon, futur grand ordonnateur des partis d'extrême droite européens ?"

L'ambition de l'ex-stratège de Donald Trump est d'engendrer une révolte populiste de droite à travers le continent grâce aux élections du Parlement européen en mai 2019. Pour cela, il a annoncé cet été le lancement d'une fondation, baptisée "Le Mouvement", destinée à organiser les différentes formations de droite radicale et favoriser l'élection d'un groupe d'eurodéputés suffisamment fort pour bloquer l'action des forces traditionnelles.

"Avec ‘Le Mouvement’, et mes partenaires en Belgique (où sera installé son QG), nous allons construire un groupe et lorsque le président Trump aura battu le parti démocrate aux élections (de mi-mandat) en novembre, je passerai 80 % de mon temps en Europe en vue des élections européennes", a-t-il annoncé.

"Et si vous jugez que je peux vous faire gagner, alors je vous proposerai des sondages, des données analytiques… On installera des centres de crise, tout ce qui est nécessaire pour gagner des élections", a-t-il assuré.

Bannon prédit une nouvelle crise financière

Au cours de sa tournée européenne, Steve Bannon a noué des contacts avec les principaux leaders nationalistes : Marine Le Pen en France, le protagoniste du Brexit Nigel Farage au Royaume-Uni, le Premier ministre Hongrois Viktor Orban ou Matteo Salvini.

Samedi soir, l'ancien patron du site d'informations ultra-conservateur Breitbart, qui faisait sa première grande intervention publique en Italie, a aussi prédit une nouvelle crise financière. "Elle fera paraître celle de 2008 comme un pique-nique dominical. Ce sera une crise de la dette, une crise monétaire", a-t-il assuré.

Il a aussi rejeté la crise financière sur ce qu'il appelle "le parti de Davos", le parti de la finance. "Elle est le résultat de son incompétence. Et l'économie italienne, après cette crise, ne s'est jamais reprise".

>> À lire aussi sur France 24 : "Steve Bannon aux adhérents du FN : 'L'Histoire est du côté des populistes' "

"Si vous êtes un travailleur de la classe moyenne, les dix dernières années ont été les pires que l'on puisse imaginer", a-t-il déclaré. "Et savez-vous combien de PDG, de banquiers, de politiciens sont allés en prison pour cela ? Aucun", a-t-il lancé devant un auditoire tout acquis à sa cause.

Steve Bannon a aussi insisté sur la crise démographique qui touche particulièrement l'Italie, où la moyenne d'âge est l'une des plus élevée du monde. "Les jeunes d'aujourd'hui […] comprennent qu'ils ne peuvent pas programmer leur avenir", a-t-il avancé, ajoutant : "Pourquoi ne peut-on pas parler de démographie, du fait que les jeunes essaient de fonder une famille, de trouver un emploi sans être taxé de raciste, de xénophobe ?".

Issu d'une famille catholique irlandaise, Steve Bannon a aussi profité de son séjour romain pour se rapprocher de l'institut catholique Dignitatis Humanae, un centre d'études dirigé par le cardinal américain Leo Burke, l'un des principaux contradicteurs conservateurs du pape François.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.