Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Judo, la quiète de l'or"

France 24

À la Une de la presse, ce lundi 24 septembre : les menaces de l'Iran, après l'attentat de samedi dans le sud-ouest du pays, qui a fait 24 morts, les travaillistes britanniques sur le point de demander un nouveau référendum sur le Brexitl, une polémique indo-hollandienne, et une "quiète" championne de judo.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

À la Une de la presse, ce matin, la colère de l’Iran, après l’attentat qui a fait 24 morts, samedi, lors d’un défilé militaire à Ahvaz, dans le sud-ouest du pays.

Revendiquée par le groupe État islamique (EI), l’attaque est attribuée par les autorités à un groupe séparatiste arabe de la région, qui également revendiqué l’attentat - un groupe appuyé par l’Arabie saoudite et ses alliés, notamment américains, selon Téhéran, qui promet une réponse "terrible". Une menace martelée à la Une du Tehran Times, qui montre le président Hassan Rohani à son arrivée à New York, où il participe à l’assemblée générale de l’ONU. "L’Iran donnera des regrets aux États-Unis", promet le quotidien, tandis que The Iran Daily accuse Washington de "ne pas respecter les lois et les traités internationaux". D’après le journal, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, aurait proposé à Hassan Rohani une rencontre avec Donald Trump. "L’Iran a-t-il déjà 'choisi' son coupable ?", s’interroge le quotidien libanais L'Orient-Le Jour, qui estime que l’attaque de samedi risque de "mettre un peu plus d’huile sur le feu entre l’Iran et l’Arabie saoudite" et surtout, de "servir de prétexte au régime pour accroître encore sa répression contre toute forme d’opposition, alors que les manifestations se sont multipliées ces derniers mois".

À la Une également, la décision du patron des travaillistes britanniques, Jeremy Corbyn, d’organiser un vote, au sein de son parti, sur un nouveau référendum sur le Brexit. Jusque-là opposé à un nouveau référendum, le chef du Labour semble s’être laissé convaincre par ses camarades – qui se prononceront sur la question demain, avant la fin de leur congrès annuel. Un vote qui s’annonce largement favorable à un second référendum, selon The I, qui rappelle les "réticences" de Corbyn sur le sujet.

Le journal gratuit Metro parle, lui, d’un "moment crucial" pour le patron du Labour – que le représentant des syndicats britanniques a mis en garde en prévenant qu’il était "hors de question" que le Royaume-Uni puisse finalement rester dans l’Union européenne. Les états d'âme de Jeremy Corbyn inspirent beaucoup les dessinateurs de presse. Ben Jennings le montre sauvé in extremis, et malgré lui, de l’abîme où est tombée Theresa May, le Brexit. On le voit aussi chantant SA version de "Yesterday", le classique des Beatles : "Les plans de Theresa May sont morts, la pauvre, maintenant le Brexit est aux abois, et moi, je soutiens un vote pour trancher définitivement la question". Deux dessins publiés sur Twitter.

Un mot, aussi, de la polémique provoquée par l’ex-président François Hollande, qui a déclaré que la France n’avait "pas eu le choix" du partenaire indien de Dassault pour l’achat de 36 Rafale par New Delhi en 2016. Les propos de l’ancien chef de l’État, qui se défend ainsi de tout conflit d'intérêts avec ce partenaire, qui a financé un film de sa compagne, Julie Gayet, soulèvent une "tempête politique" en Inde, d’après The Hindu, qui rapporte que l'opposition accuse le Premier ministre Narendra Modi d'avoir favorisé un industriel réputé proche de lui. Des propos critiqués par son ministre des Finances, qui rappelle que François Hollande avait déclaré par le passé que Dassault avait choisi lui-même son partenaire indien. Cette polémique ne remettrait toutefois pas en cause le contrat des Rafale, toujours selon selon ce ministre, cité par un autre quotidien, The Times of India.

François Hollande a aussi critiqué, ce week-end, les "comportements excessifs" et le "manque de résultats" de son successeur, Emmanuel Macron. Cette volée de bois vert intervient en pleine déconfiture présidentielle dans les sondages, et avant la présentation, aujourd’hui, du projet de loi de finances 2019, un texte qui viserait à "tenir les engagements d’Emmanuel Macron sans trop malmener le pouvoir d’achat, tout en composant avec une croissance en berne", d’après Libération, qui regrette que "l’effort affiché en direction des ménages reste modeste comparé aux mesures prises en faveur des entreprises et des plus aisés". Bref, pas convaincu, Libé, par le projet de "Monsieur Bricolage", "un budget sans recettes magiques".

On ne peut pas se quitter sans saluer la belle performance de la judoka française Clarisse Agbegnenou, qui s’est offert hier un troisième or mondial chez les moins de 63 kg, une victoire décrochée en toute sérénité, d’où le joli titre de L’Équipe : "La quiète de l’or". "Je ne souhaite pas marquer l’histoire du judo, je veux me construire une belle histoire personnelle. L’idée, c’est que je sois fière de moi", avait-elle déclaréjuste avant le mondial. Prochain rendez-vous dans deux ans, aux JO de Tokyo.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.