Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

Asie - pacifique

Iran : grâce au troc, les Européens contournent les sanctions américaines

© Atta Kenare, AFP | Des passants dans une rue commerçante de Téhéran, le 8 août 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2018

L'UE a décidé d'instaurer un système de troc pour pouvoir continuer à commercer avec l'Iran, notamment pour l'achat de pétrole, et échapper ainsi aux sanctions américaines. Une initiative qui vise aussi à préserver l'accord sur le nucléaire iranien.

C’est une décision qui ressemble fort à un camouflet à l’égard de Washington. À la veille d'un discours mardi 25 septembre à l'ONU de Donald Trump visant à mobiliser contre Téhéran, les Européens ont annoncé la création d'un système de troc afin de préserver leur commerce avec l'Iran tout en échappant aux sanctions américaines. Cette initiative vise à sauver l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 malgré la sortie fracassante des États-Unis de ce texte en mai.

>> À lire : Sanctions américaines contre l’Iran, le pouvoir iranien en danger ?

"Concrètement, les États membres de l'Union européenne vont instaurer une entité légale pour faciliter les transactions financières légitimes avec l'Iran", a expliqué la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, dans une déclaration lue lundi soir conjointement avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif. "Ce système permettra aux compagnies européennes de continuer à commercer avec l'Iran conformément au droit européen et pourrait être ouvert à d'autres partenaires dans le monde", a-t-elle ajouté.

À la barbe de Donald Trump

Les représentants des six pays signataires encore membres de l'accord - France, Grande-Bretagne, Chine, Russie, Allemagne et Iran - étaient présents à cette réunion, organisée en marge de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies.

Selon des sources européennes, ce système fonctionnera comme une bourse d'échanges ou un système de troc sophistiqué à partir de la vente de pétrole iranien, première ressource du pays. Si par exemple l'Iran vend du pétrole à l'Espagne et l'Allemagne des machines-outils à Téhéran, la somme correspondant à la livraison du pétrole servirait directement à payer le fournisseur allemand. "Il y aura une sorte de chambre de compensation qui vérifie que la valeur des biens exportés et importés par l'Iran se compensent", explique une source diplomatique française.

Ce mécanisme "immunise" acheteurs et vendeurs en évitant des transactions en dollars qui pourraient les exposer à des sanctions américaines. "Le pétrole est la seule contrepartie que l'Iran peut donner (...) Il permet aux recettes du pétrole d'être utilisées pour importer des biens", poursuit la source française.

La crainte de représailles américaines

L'accord conclu en 2015 est censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique et le sortir parallèlement de son isolement économique grâce à une levée des sanctions qui l'étranglaient.

>> À lire : "Associer négociations et sanctions, c'est insensé"

Mais en sortant de l'accord, Donald Trump a rétabli une série de lourdes sanctions visant aussi les entreprises ou pays étrangers qui continueraient de faire des affaires avec Téhéran. Sous la menace, nombre de grands groupes (Total, Daimler...) très engagés aux États-Unis ont depuis cessé toute activité avec l'Iran par craintes de représailles américaines.

Le 4 novembre, une nouvelle vague de sanctions frappera directement les exportations de pétrole iraniennes et les opérations bancaires avec ce pays, qui va se retrouver de facto déconnecté des circuits financiers internationaux.

"L'intérêt de la communauté internationale"

Les nouveaux canaux de paiement doivent "rassurer les acteurs économiques", a souligné devant la presse Federica Mogherini. Il s'agit de préserver les bénéfices économiques attendus par l'Iran en échange de son maintien dans l'accord et de son renoncement à un programme nucléaire militaire, a-t-elle expliqué en substance.

Lundi, le président iranien Hassan Rohani a affirmé à la chaîne de télévision NBC que son pays avait choisi de rester pour l'instant dans l'accord nucléaire.

L'Iran détient les quatrièmes réserves mondiales prouvées de pétrole et nombre de pays, en Asie particulièrement, ont besoin de se fournir en brut iranien, d'autant que leurs raffineries sont spécialement conçues pour traiter cette variété de pétrole et pas une autre.

Les Européens sont déterminés à sauvegarder l'accord afin de prévenir une reprise du programme iranien susceptible de déclencher une course à l'arme atomique dans la région.

>> À lire : Dos au mur, Rohani cherche des marges de manœuvre

Ils s'inquiètent aussi d'un affaiblissement du président iranien, Hassan Rohani, ardent défenseur de l'accord nucléaire mais qui, pour l'heure, n'en a pas engrangé les bénéfices économiques escomptés, au profit des éléments les plus radicaux du régime. "La préservation de l'accord est dans l'intérêt de la communauté internationale", a martelé Mogherini.

Avec AFP

Première publication : 25/09/2018

  • PETROLE

    Sanctions américaines : le Français Total a officiellement quitté l'Iran

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington crée un "groupe de travail" pour faire respecter les sanctions contre l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Sanctions américaines contre l’Iran : le pouvoir iranien en danger ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)