Accéder au contenu principal
Revue de presse

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

France 24

Dans la presse, ce mardi 25 septembre, l'ouverture de la 73e assemblée générale de l'ONU, et les efforts de la France pour faire entendre la voix de la diplomatie, ds avancées sur le front de la médecine, et un retournement de situation télévisuel.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce mardi matin, l’ouverture à New York, de la 73e assemblée générale des Nations unies. Plus de 130 chefs d’État et de gouvernement sont attendus.

The Wall Street Journal annonce un rendez-vous qui risque de mettre au premier plan "le conflit entre multilatéralisme et souveraineté", ainsi que son implication dans les conflits au Proche-Orient, dans les dossiers du nucléaire nord-coréen, des réfugiés et du changement climatique. Autant de sujets sur lesquels le président américain Donald Trump sera entendu dès ce mardi, selon le quotidien américain, qui rappelle le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, de l’accord de Paris sur le climat, et ses critiques répétées à l’égard de l’Otan. "Tout le monde attend le discours de Donald Trump, qui présidera aussi une session spéciale du Conseil de sécurité sur les armes de destruction massive, mais en réalité, il n’y a pas grand-chose à en attendre", prévient Al-Araby Al-Jadeed, qui annonce que le président américain, après être tombé à bras raccourcis sur la Corée du Nord lors de l’Assemblée générale de l’année dernière, devrait renouveler l’exercice cette année, cette fois avec l’Iran. Le journal panarabe basé à Londres évoque la "guerre diplomatique", livrée selon lui ces prochains jours, dans les couloirs et à la tribune de l’ONU.

D’après l'Élysée, Emmanuel Macron devrait plaider, lui, en faveur du multilatéralisme. Mais le président français a-t-il néanmoins les moyens de ses arguments ? Question de La Croix, posée au chercheur Pascal Boniface. Selon lui, il s’agirait surtout pour Emmanuel Macron de "prendre l’opinion publique mondiale à témoin, de montrer qu’une autre voie existe et reste possible". "Mais il y a des limites", prévient-il : "On sait qu’il ne peut pas faire changer Trump d’avis, on l’a vu sur le climat, sur Israël, sur l’accord nucléaire iranien". D’après ce spécialiste de la géopolitique, "Emmanuel Macron devrait essayer de bâtir un rapport de force en s’appuyant sur les pays de l’Union européenne, mais aussi la Corée du Sud, le Japon, le Mexique, tous les grands pays émergents, comme l’Inde, qui peuvent vouloir favoriser le multilatéralisme". Un scénario jugé optimiste par un autre chercheur hexagonal, Dominique David, qui assure que "les Européens, dans leur grande faiblesse, sont contraints de suivre Washington". Selon lui, "le multilatéralisme (serait) mourant", même s’il n’est "pas définitivement mort".

Et pendant que la diplomatie piétine, la médecine avance. Aux États-Unis, un jeune homme totalement paralysé des jambes a réussi à marcher avec le seul appui des bras et d'un déambulateur. C’est le site de FranceInfo qui fait état de l’histoire d’un homme devenu paraplégique après un accident qui avait endommagé sa moelle épinière, et qui ne pouvait plus ni bouger, ni sentir quoi que ce soit en-dessous de la lésion. Trois ans après son accident, des chirurgiens d’une clinique du Minnesota ont installé dans sa colonne vertébrale un implant porteur d'une électrode, elle-même reliée à un stimulateur connecté sans fil à une commande extérieure. Des sessions de stimulation électrique et d'exercices physiques lui ont ensuite permis de se lever, puis de marcher, ce qui signifie que la médecine peut désormais aider à recouvrer"des fonctions qu'on pensait définitivement perdues" grâce à de nouvelles technologies. Une très bonne nouvelle, en somme.

Une bonne nouvelle aussi, peut-être, sur le front de la lutte contre Alzheimer, cette maladie neurodégénérative qui touche des millions de personnes dans le monde. D’après The I, des chercheurs, là encore américains, espèrent avoir trouvé un médicament qui pourrait combattre les causes plutôt que les symptômes de la maladie d’Alzheimer, puisqu’ils auraient identifié des composés chimiques capables de tuer les particules toxiques appelées oligomères, avant qu’elles ne s’attaquent aux cellules saines du cerveau. Une "avancée scientifique majeure", selon le quotidien britannique.

Tout autre chose, pour terminer. Le magazine Hollywood Life nous apprend que la version vietnamienne de l’émission de télé-réalité The Bachelor, cette émission qui tente de faire trouver l’âme sœur à des célibataires plus ou moins endurcis, a été le théâtre de ce qu’on appelle un "retournement de situation". Lors de la cérémonie d’élimination diffusée en fin de semaine dernière, une des concurrentes a finalement déclaré sa flamme… à une autre candidate.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.