Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

EUROPE

Suède : la droite et l'extrême droite démettent le Premier ministre social-démocrate

© Henrik Montgomery, TT News Agency, AFP | Le Premier ministre suédois, dirigeant du parti social-démocrate, Stefan Löfven, à Stockholm, le 12 septembre 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2018

Les élus du centre, de droite et d'extrême droite suédois se sont unis pour démettre l'actuel Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven, politiquement affaibli depuis les dernières législatives qui n'ont pas permis de dégager de majorité.

Une page politique se tourne en Suède. La totalité des élus de l'Alliance (conservateurs, libéraux, centristes et chrétiens-démocrates) ainsi que ceux de l'extrême droite, ont démis le Premier ministre social-démocrate Stefan Löfven de ses fonctions, au terme d'un vote de confiance, mardi 25 septembre, qui s'est avéré négatif par 204 voix parlementaires sur 349.

Le dirigeant Stefan Löfven se trouvait politiquement affaibli après les législatives du 9 septembre qui n'ont pas permis de dégager de majorité.

>> À lire : Pas de majorité claire, poussée de l'extrême droite lors des législatives en Suède

"La Suède a besoin d'un nouveau gouvernement qui recherche un large soutien politique pour mener les réformes", avait plaidé le dirigeant conservateur Ulf Kristersson devant les parlementaires avant ce vote, dont l'issue ne faisait aucun doute.

Le président du Parlement, le conservateur Andreas Norlén, doit désormais convier dans les plus brefs délais les représentants des partis siégeant au Riksdag, le Parlement monocaméral du pays scandinave, à des consultations en vue de former un nouveau gouvernement.

Après l'affaiblissement de Stefan Löfven, Ulf Kristersson veut reprendre la main et proposer une alternance à droite. Stefan Löfven de son côté a clairement fait savoir après le vote qu'il entendait continuer à "servir le pays" en tant que prochain Premier ministre.

Sa coalition de centre-gauche minoritaire, qui réunissait son parti social-démocrate et les écologistes avec le soutien informel du Parti de gauche (ex-communistes) au Parlement, a sauvé les meubles aux législatives en conservant un mandat d'avance sur l'Alliance de la droite et du centre.

>> À voir : Les Démocrates de Suède, un parti d'extrême droite porté par la crise migratoire

En outre, s'ils réalisent leur plus mauvais score depuis des décennies, les sociaux-démocrates restent le premier parti de Suède, loin devant les Modérés (conservateurs) et les Démocrates de Suède (extrême droite).

En attendant le résultat des négociations menées par le président du Parlement, M. Löfven reste à son poste pour expédier les affaires courantes.

Avec AFP

Première publication : 25/09/2018

  • SUÈDE

    Législatives en Suède : pas de majorité claire, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • ITALIE

    À Rome, Steve Bannon marque une nouvelle étape de sa croisade anti-Union européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)