Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FOCUS

Réforme de l'enseignement primaire : une rentrée de haute lutte à l'école publique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La FIAC fête son 45ème anniversaire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Semeï : les enfants du nucléaire au Kazakhstan

En savoir plus

L’invité du jour

Étienne Épron : "Les sanctions internationales peuvent s'assimiler à une guerre économique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

L'Algérie interdit le niqab dans les lieux de travail

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Johnny Hallyday : "Même pas mort"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'industrie se rue sur les robots

En savoir plus

Le RN va saisir la Cour de cassation pour contester le principe de la saisie

© AFP | Le Rassemblement national (RN) va saisir la Cour de cassation pour contester le principe de la saisie

PARIS (AFP) - 

Le Rassemblement national va saisir la Cour de cassation pour contester "le principe" de la saisie par la justice d'une aide publique, a annoncé mercredi le parti après l'annonce que cette confiscation était réduite de moitié.

Le RN (ex-FN) conteste "en droit la possibilité d'une condamnation préventive avant tout jugement". La saisie avait été décidée en juillet par les juges qui enquêtent sur des emplois présumés fictifs du RN au Parlement européen.

Les juges craignent que le RN, très endetté, ne se serve de cet argent pour se désendetter et ne puisse pas, dès lors, rembourser d'éventuels dommages dans cette affaire pour laquelle le préjudice a été évalué à près de 7 millions d'euros.

Le RN considère que cette confiscation, bien que réduite de 2 à 1 million d'euros par la chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris, "continuera à attenter à la participation équitable des partis politiques à la vie démocratique de la nation, en violation de l'article 4 de la Constitution".

Pour le parti nationaliste, la décision de la chambre d'instruction "désavoue de façon inhabituelle l'outrance de l'ordonnance prise par les juges" qui enquêtent sur les emplois fictifs, Claire Thépaut et Renaud Van Ruymbeke, "et met en lumière de fait la partialité dont ces deux magistrats ont fait preuve depuis le début de cette affaire".

L'instruction de l'affaire des emplois présumés fictifs "avait lieu exclusivement à charge" et "il est aujourd'hui clair que les deux juges d'instruction ont pris sans discernement fait et cause pour le Parlement européen", estime la formation présidée par Marine Le Pen.

La saisie a "durement entravé" l'activité politique du RN "depuis 3 mois", redit le parti.

© 2018 AFP