Accéder au contenu principal
Dans la presse

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

France 24

Dans la presse, ce mercredi 26 septembre, l'autorisation accordée à l'Aquarius d'accoster à Malte, une nouvelle controverse autour de Jair Bolsonaro, le candidat d'extrême droite à la présidentielle brésilienne, Paul Pogba "bloqué" par José Mourinho, et les jeunes agriculteurs britanniques en colère.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce mercredi matin, l’autorisation accordée à l’Aquarius d’accoster à Malte, d’où les 58 passagers du navire humanitaire partiront ensuite pour la France, l’Espagne, le Portugal et l’Allemagne.

Après plusieurs jours de négociations, les quatre pays ont annoncé mardi leur décision de se partager la tâche. Une solution dans laquelle Le Figaro voit une façon, pour Emmanuel Macron, d'"esquiver" le dilemme consistant à "fâcher sa droite ou mécontenter la gauche", évitant ainsi à la fois "d’alimenter la colère populaire et les procès en trahison des valeurs françaises". Mais une solution pérenne et européenne manquerait toujours à l’appel, d’après le quotidien, qui demande au gouvernement français de "fermer la porte" à l’immigration. "Le principe d’humanité ?", demande Le Figaro. "Qui veut faire l’ange fait la bête", prévient le journal, en citant le philosophe Pascal. "On dira que l’accueil d’un bateau transportant 58 personnes, ce n’est pas grand-chose. Mais la politique est aussi affaire de symboles : ce qui se joue, en arrière-plan, c’est le rapport de force entre les États et les passeurs", qui cherchent désormais "d’autres voies" que l’Italie. Dans ce bras de fer, la moindre faiblesse aurait, pour Emmanuel Macron, "un coût politique désastreux".

Ce point de vue ne fait toutefois pas l’unanimité en Europe. Dans un dessin publié par Courrier International, le dessinateur grec Kountouris s’insurge contre l'Union européenne qui s’entoure de barbelés, et contre la décision du Panama de retirer son pavillon à l’Aquarius. "S’il ne retrouve pas de pavillon, le navire ne pourra pas prendre la mer pour poursuivre ses actions de secours", rappelle le magazine.

Au Brésil, Jair Bolsonaro, candidat à la présidentielle du 7 octobre, est l’objet d’une nouvelle controverse. D’après A Folha de Sao Paulo, l’ex-femme du député d'extrême droite, attaqué au début du mois à l'arme blanche alors qu'il faisait campagne, a décidé d’attaquer le journal. Selon elle, le quotidien de Sao Paulo aurait publié à tort un télégramme du ministère des Affaires étrangères faisant état de ses déclarations auprès du vice-consul du Brésil en Norvège, auquel elle aurait confié, en 2011, avoir été victime de menaces de mort de la part de Bolsonaro, et chercher à s’exiler pour cette raison. L'intéressée dément, donc, assurant être restée dans les meilleurs termes avec Bolsonaro, et même soutenir sa candidature à la présidentielle. Cette nouvelle polémique est révélatrice de la controverse suscitée par Jair Bolsonaro, objet également d’une pétition rédigée par plusieurs personnalités brésiliennes, une tribune signée, selon The Guardian, par les légendes de la musique brésilienne Caetano Veloso, Chico Buarque et Gilberto Gil, connus pour leur engagement politique et exilés en Europe du temps de la dictature au Brésil, entre 1964 et 1985. Selon eux, la perspective d’une arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, un ancien capitaine favorable à la torture, risque d’entraîner de nouveau le pays vers la dictature. Pour le moment, le candidat est toujours en tête dans les sondages, avec 28 % des intentions de vote.

Des nouvelles, également, de Paul Pogba, auquel l’entraîneur José Mourinho a décidé mardi de retirer le statut de second capitaine de Manchester United. Cette grande affaire fait la une des journaux sportifs outre-Manche, notamment de Star Sport, qui évoque un "dur retour à la réalité" pour le joueur français, après la victoire en Coupe du monde. D’après The Irish Examiner, la décision de José Mourinho ferait suite aux critiques de Paul Pogba, qui se serait laissé aller à commenter dans la presse la stratégie du coach, et ce dans des termes pas très amènes. D’où cette une du Mirror Sport, que les férus de jeux de mots en langue anglaise apprécieront : "Pogbarred", "Pogba bloqué".

Un mot, pour terminer, de la révolte des jeunes agriculteurs britanniques, très remontés contre les dirigeants de leur fédération. Celle-ci a décidé d’annuler leur prochaine fête annuelle en raison du comportement peu recommandable de plusieurs d’entre eux lors de la dernière édition. En mai dernier, des jeunes gens ivres, filmés en train de chanter des chansons grivoises, de donner des coups de pied dans des voitures, ou encore de se lancer à l’assaut de panneaux de signalisation. Plutôt que de faire amende honorable et faire vœu de la sobriété, les jeunes agriculteurs britanniques ont réagi, rapporte The Times, en annonçant leur décision de renverser ladite direction… pour la première fois de l’histoire de leur vénérable fédération.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.