Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Bioéthique, le tournant ?"

France 24

À la une de la presse, ce mercredi 25 septembre, les réactions, en Iran et en Chine, au discours de Donald Trump à l'ONU, celles, en France, au "oui" du Comité national consultatif d’éthique à la PMA pour toutes, et une nouvelle turbulence dans l'affaire Benalla.

PUBLICITÉ

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

À la une de la presse, ce mercredi matin, les réactions au discours de Donald Trump à l’ONU, une intervention où il a notamment visé l’Iran.

D'après The Financial Times, le président américain s’est aussi livré à une diatribe contre les membres de l’Opep, accusés de "voler le reste du monde". Il a également vanté, au passage, son propre bilan, comparable selon lui à "presque aucun autre" – une déclaration accueillie par les rires de l’assistance. Pour le reste, les propos de Donald Trump n’ont pas du tout amusé son auditoire, et certainement pas le président iranien, Hassan Rohani, qui a répliqué à ses appels à isoler son pays en l’accusant à son tour de chercher à le renverser. Une "guerre des mots", selon le journal libanais L'Orient Le Jour, qui parle même de "choc frontal" entre les deux dirigeants.

Selon The Tehran Times, le président iranien a présenté les sanctions américaines contre son pays comme une forme de "terrorisme économique". "L’Iran ne veut ni sanctions, ni guerre, ni menaces, ni isolement", a martelé Hassan Rohani, qui a aussi appelé les États-Unis à "revenir à la table des négociations", tout en rejetant l’idée de discussions bilatérales avec Washington, cite The Iran Daily.

Donald Trump a aussi dénoncé le déficit commercial avec la Chine – un déséquilibre qui ne peut plus être "toléré", selon lui. Accusées d’avoir détourné les règles du commerce international aux dépens des États-Unis, par la pratique d'"un dumping sans vergogne", les autorités chinoises répondent quant à elles dans The China Daily, qui a appelé à la rescousse plusieurs membres du gouvernement, pour plaider en faveur d’un "apaisement des tensions". "Les États-Unis ont grandement bénéficié de leur commerce avec la Chine, malgré leur déficit commercial", soutiennent-ils, en balayant les accusations de vols de propriété intellectuel et de transferts forcés de technologies, formulées par Donald Trump. Dans le dessin de Luo Jie, le patron de la Maison Blanche est montré sciant la couronne de la Statue de la liberté, pour la remplacer par des gourdins hérissés de clous – les barrières qu’il installe entre son pays et le reste du monde. "La Chine, gare à tes fesses", ironise le dessinateur Willem, pour Libération, pas convaincu, visiblement, par ses talents de dompteur du dragon chinois.

Libération revient aussi, comme l’ensemble de la presse française, sur l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), qui préconise, notamment, la procréation médicale assistée (PMA) pour toutes. "Bioéthique, ça bouge", se réjouit le journal, qui salue le "oui" à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, en couple ou célibataires, hétéros ou homosexuelles. Un "oui" à la possibilité pour les femmes de faire congeler leurs ovocytes, à la levée de l’anonymat des dons de sperme, aux dons d’embryons post-mortem, ou encore aux recherches sur l’embryon. Libé espère que la révision de la loi bioéthique, programmée pour l’année prochaine, suivra l’avis du CCNE, présenté comme un "progrès". La Croix parle de "tournant", d'"évolutions de grande ampleur", que chacun devra juger selon ses convictions. "Chacun porte en lui l’idée de seuils qu’il n’accepterait pas de voir franchis", rappelle le journal, en évoquant notamment l’euthanasie et la gestation pour autrui, auxquels le CCNE n’est pas favorable, du moins pour le moment. "Pour ne pas s’en approcher plus tard, il (faudrait) déployer (dès) maintenant d’intenses efforts de conviction", selon La Croix.

Les partisans et les opposants à la PMA pour toutes sont déjà prêts à en découdre. D’après L'Opinion, la Manif pour tous, fer de lance de l’opposition au mariage homosexuel et à la PMA pour toutes, a déjà prévu une campagne d’affichage dans toute la France, qui sera dévoilée au début du mois prochain. Une mobilisation visant à peser sur Emmanuel Macron, qu’on voit dans le dessin de Kak tenté d’ajouter "quelques gamètes de gauche" à son quinquennat – autrement dit, de soutenir la PMA pour toutes. Un soutien qui risque de lui valoir une "nouvelle turbulence", selon Le Figaro. "Ce qui est sûr, c’est que le consensus rêvé (par le président sur cette question) n’est pas au rendez-vous."

Nouvelle turbulence également, dans l’affaire d’Alexandre Benalla. Une enquête préliminaire a été ouverte mardi, après la diffusion d’une photo le montrant exhibant un pistolet en pleine campagne présidentielle. Publiée par Mediapart, ce selfie le montre pointant son arme sur la serveuse d’un restaurant, à la sortie d’un meeting d’Emmanuel Macron, en avril 2017. D’après le site d’information, l’enquête doit déterminer pour quelles raisons Alexandre Benalla détenait un pistolet ce soir-là, puisque selon ses propres déclarations, faites sous serment devant la commission d’enquête du Sénat, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron ne possédait pas, pendant la campagne, de permis l’autorisant à porter une arme en dehors du quartier général d’En Marche !, à Paris.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.