Accéder au contenu principal

Brexit : comment les sondeurs ont vendu leurs résultats aux spéculateurs

Le Brexit avait été
Le Brexit avait été Daniel Leal-Olivas, AFP

Le Parlement britannique a dénoncé, jeudi, la pratique des instituts de sondage qui avaient monnayé à prix d’or les résultats de leur enquête d’opinion à des fonds spéculatifs, qui ont gagné gros le jour du Brexit.

Publicité

Le Royaume-Uni n’en finit pas de régler ses comptes avec le Brexit. Cette fois-ci, le Parlement veut s’attaquer aux petits arrangements entre instituts de sondage et fonds spéculatifs, qui ont permis à ces derniers de gagner des millions en misant sur l’issue du référendum de juin 2016.

La commission des Finances de la House of Commons (chambre basse du Parlement) a demandé, jeudi 27 septembre, à l’Autorité britannique des marchés financiers de contrôler la vente des résultats d'enquêtes d’opinion à des traders désireux d’obtenir ces précieuses informations avant le grand public. Le vote sur le Brexit aurait, d’après cette commission parlementaire, montré que ces marchandages avec les instituts de sondage sont dangereux pour l’équilibre des marchés financiers, sont une entorse au processus démocratique et une activité potentiellement illégale.

Des centaines de millions de dollars de gains

Les révélations sur ces transactions en coulisses remontent à une enquête publiée par Bloomberg en juin 2018. La chaîne américaine a démontré que, dans les derniers jours de la campagne pour le référendum sur le Brexit, des fonds d’investissement ont payé des centaines de milliers, voire des millions d’euros à des instituts de sondage pour avoir accès, avant tout le monde à leurs données, et ainsi prévoir comment les marchés allaient évoluer. En échange, certains de ces spéculateurs ont gagné plus de 100 millions de dollars, constate la chaîne américaine, sur la seule journée du référendum, le 23 juin 2016.

Les principaux sondeurs britanniques (YouGov, Survation, ICM Unlimited) , au moins une demi-douzaine de fonds d’investissement et Nigel Farage, le leader du parti souverainiste Ukip et l’un des chefs de file du Brexit, se sont retrouvés impliqués.

L’exactitude des prédictions des enquêtes d’opinion leur importait peu. Dans le cadre d’un scrutin aussi indécis que le référendum britannique, chaque sondage pouvait influencer le cours de la Bourse, et en connaître le résultat à l’avance permettait de placer des paris qui pouvaient rapporter très gros. Dans l’ensemble, "les sondeurs interrogés assurent que le Brexit a été l’une des journées qui leur a rapporté le plus d’argent dans leur histoire", a affirmé Bloomberg.

Ainsi, au Jour J du référendum, le sondage de sortie d’urnes réalisé par YouGov valait de l’or, même s’il s’est trompé, en prédisant la victoire du "remain" (maintien au sein de l’UE), raconte Bloomberg. L’institut a été le premier à donner une estimation du résultat final, une indication nerveusement attendue par les opérateurs de marché. La chaîne américaine a affirmé que YouGov aurait réussi à vendre pour environ 1 million d’euros la primeur de cette tendance à un fonds d’investissement, dont le nom n'a pas été révélé. Ce spéculateur a ainsi pu anticiper la hausse, très temporaire, de la livre sterling face au dollar, reflet du soulagement (de courte durée) des marchés financiers.

L’étrange mister Farage

Le plus étrange dans cette affaire, a affirmé Bloomberg, est l’attitude de Nigel Farage, dont les liens avec le monde de la finance remonte à l'époque où il était trader en matières premières. Au moment de la publication du premier sondage YouGov, le leader de l’Ukip a laissé entendre que le camp pro-Brexit avait perdu. Pourtant, d’après Bloomberg, il avait reçu, par l’intermédiaire de l’institut Survation, une estimation indiquant la victoire du "leave" (sortie de l’UE). "Il y a donc des chances que ses déclarations publiques [aient visé] essentiellement à influencer les marchés, alors qu’il savait que le scrutin était plus serré", affirme la chaîne américaine. Nigel Farage a, par la suite, nié avoir tenté de manipuler le cours de la livre sterling, assurant avoir réagi uniquement au sondage de YouGov sans tenir compte d’autres informations.

Un épisode qui illustre les dangers du commerce de ces données. Pour la commission des Finances, il peut saper la confiance de l’opinion dans ces instituts et faire prévaloir la recherche du profit sur la rigueur des résultats dans un domaine aussi sensible pour la démocratie que les sondages électoraux. Les sondeurs peuvent être tentés de privilégier une interprétation sensationnaliste d’une enquête d’opinion, plus à même de provoquer des mouvements sur les marchés financiers, dont peuvent bénéficier leurs clients spéculateurs.

Il y a aussi des chances que certains de ces instituts se soient rendus coupable d’un crime. La loi britannique interdit en effet la publication de sondage de sorties d’urne le jour du scrutin avant 22 heures. Les textes définissent la "publication" comme la mise à disposition de résultats "au public ou à une partie du public". C'est pourquoi YouGov aurait décidé de ne vendre ses résultats qu’à un seul fonds spéculatif, espérant ainsi échapper à l’interdiction. Et surtout d’échapper à la sanction qui peut être de six mois de prison et d’une amende dont le montant peut être librement fixé par le juge.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.