Accéder au contenu principal

Barcelone : affrontements entre policiers et indépendantistes

Une femme demande la "libération des prisonniers politiques" pendant des manifestations devant un centre de la police catalane à Barcelone, le 29 septembre 2018.
Une femme demande la "libération des prisonniers politiques" pendant des manifestations devant un centre de la police catalane à Barcelone, le 29 septembre 2018. Pau Barrena, AFP

Des affrontements entre policiers et indépendantistes catalans ont eu lieu à Barcelone durant une manifestation organisée samedi, à deux jours du premier anniversaire du référendum sur la sécession de cette région espagnole.

PUBLICITÉ

À deux jours de l’anniversaire du référendum en faveur de l’indépendance de la Catalogne, le statut de la région divise toujours autant la population. Une manifestation organisée samedi 29 septembre à Barcelone par certains unionistes pour montrer leur reconnaissance à la police et à la gendarmerie espagnoles, qui avaient tenté d’empêcher le vote il y a un an, a dégénéré en affrontement avec les indépendantistes.

"Pendant la manifestation unioniste, une contre-manifestation indépendantiste a été organisée pour empêcher les premiers d’arriver jusqu’à la place de la mairie de Barcelone, où se trouve le palais présidentiel catalan" décrit Melina Huet, correspondante de France 24. "Entre les deux camps, un énorme dispositif policier a été déployé pour les empêcher de se rencontrer. Mais c’était sans compter sur un groupe d'indépendantistes qui se sont mêlés aux manifestations et qui ont commencé à prendre à partie la police catalane" détaille la correspondante de France 24.

Plusieurs arrestations de manifestants

Pendant plusieurs heures, des groupes indépendantistes scandant "Ni oublier ni pardonner" ont affronté les pro-Madrid qui criaient "Longue vie à l'Espagne", tandis que des manifestants ont jeté de la peinture sur la police anti-émeute déployée pour les maintenir à distance des partisans du maintien dans l'Espagne. Deux personnes ont été arrêtées lors de ces heurts entre protestataires séparatistes et policiers.

Déclaré comme inconstitutionnel à Madrid, le référendum du 1er octobre 2017 s'était tenu dans un contexte tendu. Le "oui" à l'indépendance l'avait emporté mais avec un taux de participation inférieur à 50 %. À l'issue de ce scrutin controversé et de la déclaration d'indépendance qui l'a suivi, la région avait été mise sous tutelle par le pouvoir central.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.