Accéder au contenu principal

Les Brésiliennes dans la rue contre le candidat d’extrême-droite Bolsonaro

Des femmes brandissant des caricatures de Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, le 29 septembre 2018.
Des femmes brandissant des caricatures de Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, le 29 septembre 2018. Mauro Pimentel, AFP

Des milliers de Brésiliennes ont manifesté samedi à Rio de Janeiro pour dénoncer le danger que représente pour le droit des femmes la candidature de Jair Bolsonaro à la présidentielle.

Publicité

"Lui non. Lui Jamais!", ont scandé des milliers de Brésiliennes descendues dans les rues de Rio de Janeiro, samedi 29 septembre, pour dénoncer la candidature à la présidentielle de Jair Bolsonaro.

Le député de 63 ans, candidat de l’extrême droite aux élections, est célèbre pour ses saillies misogynes, homophobes et racistes. L'ancien capitaine de l'armée a par exemple déclaré à une députée qu'elle ne "méritait pas" qu'il la viole ou a déploré la longueur des congés maternité.

>> À lire : Les fils Bolsonaro reprennent la campagne de leur père attaqué au couteau

Il a également justifié les salaires inférieurs des femmes à ceux des hommes tandis que le général Hamilton Mourao, vice-président sur son ticket, a provoqué un tollé en déclarant que les familles monoparentales sans figure paternelle étaient des "fabriques à individus non intégrés qui ont tendance à grossir les rangs des narcotrafiquants".

Un mouvement viral sur les réseaux sociaux

L'offensive des femmes mobilisées contre Bolsonaro a été lancée début septembre avec un groupe sur Facebook. Le mouvement, baptisé "Les femmes unies contre Bolsonaro", est devenu viral après une mobilisation massive sur les réseaux sociaux, au Brésil et à l'étranger. La chanteuse américaine Madonna a même apporté son soutien sur Instagram à #EleNao (Lui, non), le mot-clé de ce mouvement en portugais.

"Dans l'histoire récente du pays sud-américain, on ne trouve pas la trace d'une mobilisation aussi importante liée aux femmes", observe Ligia Fabris Campos, professeure de droit à la Fondation Getulio Vargas.

Des collectifs de femmes ont également appelé à des manifestations anti-Bolsonaro samedi dans une dizaine de pays : États-Unis, Canada, France, Espagne, Royaume Uni, Pays-Bas ou Argentine. À Paris, place de la République, des dizaines de manifestants ont scandé "Non, pas lui!".

Le vote des femmes – 52% de l'électorat – va être crucial dans la prochaine élection présidentielle brésilienne très imprévisible, où le nombre d'indécis reste élevé. Or Jair Bolsonaro arrive largement en tête des intentions de vote du premier tour prévu pour le 7 octobre. En revanche, celui-ci souffre d'un taux de rejet très élevé parmi les femmes, environ 50% d'entre elles assurant qu'elles ne voteraient jamais pour lui.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.