Accéder au contenu principal

Elon Musk démissionne de la présidence de Tesla mais reste directeur général

Elon Musk lors d'une conférence à Washington, DC, le 19 juillet 2017.
Elon Musk lors d'une conférence à Washington, DC, le 19 juillet 2017. Brendan Smialowski, AFP

Le PDG du constructeur automobile Tesla, Elon Musk, va quitter ses fonctions de président tout en conservant son poste de directeur général. Une sanction qui fait suite à des tweets "faux et trompeurs" sur un possible rachat de la marque.

Publicité

L'emblématique patron du constructeur automobile Tesla, Elon Musk, est déchu de son titre de président. Tesla et Elon Musk vont chacun verser une amende de 20 millions de dollars, et le fondateur du constructeur de voitures électriques haut de gamme va quitter la présidence tout en conservant celui de directeur général, a annoncé samedi 30 septembre la Securities and Exchange Commission (SEC).

Cet accord conclu avec le gendarme de la Bourse de New York doit permettre à Elon Musk et Tesla de sortir de la zone de turbulences qu'ils traversent depuis que l'homme d'affaires a été accusé d'avoir publié des tweets "faux et trompeurs" sur un possible rachat de Tesla, suivi d'un retrait de la cote.

"La meilleure issue"

Elon Musk avait alors fait part sur Twitter d'un projet de rachat de son groupe pour 420 dollars d'actions, suivi d'un retrait de cote. La SEC a formellement lancé des poursuites le 27 septembre, accusant Elon Musk de fraude et demandant qu'il soit mis à l'écart de la direction de Tesla.

Selon les termes de l'accord annoncé samedi par l'autorité de régulation, Elon Musk doit démissionner de ses fonctions de président dans un délai de 45 jours, et il n'aura plus le droit d'y être réélu pendant trois ans. Tesla devra en outre désigner deux nouveaux administrateurs indépendants au conseil d'administration.

>> À lire : Le PDG de Tesla Elon Musk poursuivi pour fraude par le gendarme américain de la Bourse

En signant cet accord, Elon Musk sauve sa place de directeur général et évite un départ présenté par beaucoup d'investisseurs comme potentiellement dévastateur pour un constructeur qui accumule les pertes financières. "Je pense que cette issue est la meilleure pour toutes les parties concernées", a réagi Ivan Feinseth de Tigress Financial Partners, dont l'opinion à l'égard de Tesla est "neutre" et qui qualifie la décision de la SEC de "tape sur les doigts" d'Elon Musk.

Un fondateur fantasque

"Le fait qu'il puisse rester directeur général est primordial pour le groupe." Selon les termes de l'accord, ni Tesla ni Elon Musk n'ont eu à reconnaître une quelconque culpabilité.

Investisseurs et spécialistes de la gouvernance d'entreprises s'accordaient samedi pour estimer que l'accord est susceptible de renforcer Tesla, un groupe fragilisé par le comportement parfois fantasque de son fondateur.

Début septembre, le titre du constructeur a perdu jusqu'à 10% en une séance lorsque les investisseurs ont appris coup sur coup le départ du directeur comptable du groupe et qu'Elon Musk s'était laissé filmer en train de fumer de la marijuana.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.