Accéder au contenu principal

Séisme en Indonésie : les secours à la peine, Djakarta demande l'aide internationale

Des secouristes évacuant des survivants à Palu, le 30 septembre.
Des secouristes évacuant des survivants à Palu, le 30 septembre. Bay Ismoyo, AFP

Djakarta a accepté l'aide que lui proposent plusieurs pays après le séisme et le tsunami qui ont tué au moins 832 personnes sur l'île des Célèbes. Sur place, les ONG peinent à faire parvenir l'aide de première nécessité.

PUBLICITÉ

Le gouvernement indonésien a lancé, lundi 1er octobre, un appel à l'aide internationale à la suite du tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé l'île des Célèbes, faisant au moins 832 morts.

Le président Joko Widodo "nous a autorisés à accepter l'aide internationale d'urgence pour répondre au désastre", a déclaré Tom Lembong, un responsable gouvernemental, alors que des dizaines d'agences humanitaires et d'organisations non gouvernementales se disent prêtes à apporter une assistance d'urgence. Mais ces dernières ont des difficultés à faire parvenir de l'aide sur place alors que des routes sont coupées et les aéroports endommagés.

>> En images : Après le tsunami, l'île des Célèbes ravagée

Oxfam "prévoit d'apporter de l'aide à potentiellement 100 000 personnes", de la nourriture instantanée, des kits de purification d'eau et des abris, a indiqué Ancilla Bere, une responsable de l'ONG en Indonésie.

Mais "l'accès est un grand problème", a relevé le directeur de Save The Children. "Les ONG et les autorités locales ont beaucoup de mal à atteindre des villages autour de Donggala, où il pourrait y avoir des dommages important et beaucoup de victimes."

Course contre la montre

La plupart des victimes ont été recensées à Palu, agglomération de 350 000 habitants sur la côte ouest des Célèbes qui a été secouée vendredi par le fort séisme de magnitude 7,5 puis frappée par un tsunami. Et les nouvelles commencent juste à parvenir de la région de Donggala plus au nord.

"Les équipes que nous avons rencontrées n'arrivent pas à entrer en contact avec leurs collègues de Palu, car les communications sont toujours coupées, il n'y a toujours pas d'électricité", rapporte Philomène Rémy, envoyée spéciale de France 24.

Sur le terrain, les équipes de recherche mènent une course contre la montre pour sortir des survivants des décombres. Des sauveteurs tentaient lundi de retrouver des survivants dans les restes de l'hôtel Roa Roa, alors que 50 à 60 personnes pourraient avoir été ensevelies. Pour l'instant, deux personnes ont été sauvées sur ce site, selon une source officielle.

>> À voir : À Lombok, l'entraide au cœur de la reconstruction

Les habitants sont nombreux à rechercher leurs proches disparus dans les hôpitaux ou les morgues improvisées. Pour prévenir les risques sanitaires, les autorités ont prévu des enterrements de masse et ordonné de creuser une large fosse commune, a constaté l'AFP.

Palu est jonché de carcasses de véhicules, de bâtiments réduits à des amas de débris, d'arbres déracinés et de lignes électriques abattues, témoignant de la violence des secousses ressenties à des centaines de kilomètres de là, et de la vague de 1,5 mètre qui s'est abattue sur la côte.

Le séisme qui a touché les Célèbes est plus puissant que la série de tremblements de terre qu'a connus l’Indonésie en août et qui avaient fait plus de 500 morts et environ 1 500 blessés sur l'île de Lombok, voisine de Bali.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.