Accéder au contenu principal

Scandale Nobel en Suède : le Français Jean-Claude Arnault condamné pour viol

Jean-Claude Arnault lors de son arrivée au tribunal, le 19 septembre 2018, à Stockholm
Jean-Claude Arnault lors de son arrivée au tribunal, le 19 septembre 2018, à Stockholm Jonathan Nackstrand, AFP

Le Français Jean-Claude Arnault, figure de la scène culturelle suédoise et époux de la poétesse Katarina Frostenson, membre de l'Académie suédoise, a été condamné lundi en Suède à deux ans de prison pour viol.

Publicité

Le verdict est tombé quelques minutes avant l'annonce des lauréats du prix Nobel de "physiologie ou médecine" : Jean-Claude Arnault, le Français considéré comme le fossoyeur du prix de littérature, a été condamné en Suède lundi 1er octobre à deux ans de prison pour viol.

L'affaire avait éclaté un mois après les révélations en octobre 2017 des viols et abus sexuels commis par le producteur de cinéma américain Harvey Weinstein. Le quotidien Dagens Nyheter a alors publié le témoignage anonyme de 18 femmes affirmant avoir été violentées ou harcelées par Jean-Claude Arnault. Une partie de l'enquête préliminaire ouverte contre lui pour d'autres viols et agressions sexuelles présumés, commis entre 2013 et avril 2015, a été classée sans suite, frappée par la prescription ou faute de preuves.

Jean-Claude Arnault a en revanche comparu pour deux viols sur une même plaignante. Le 5 octobre 2011 dans un appartement stockholmois, Jean-Claude Arnault a contraint la plaignante à un "rapport oral", puis à une pénétration vaginale alors que la jeune femme se trouvait dans un "état de vulnérabilité" et "de peur intense" l'empêchant de se défendre, selon l'acte de mise en accusation. Toujours selon l'accusation, les faits se sont répétés dans la nuit du 2 au 3 décembre 2011, dans le même appartement, tandis que la victime dormait.

"Le 19e membre de l’académie"

Ce scandale a provoqué un cataclysme en Suède, car Jean-Claude Arnault est l’époux de la poétesse Katarina Frostenson, membre de l'auguste Académie suédoise, qui décerne depuis 1901 le prix Nobel de littérature. Une enquête interne a établi que plusieurs académiciennes, conjointes ou filles d'académiciens, avaient elles aussi subi "l'intimité non désirée" et les comportements "inappropriés" de l'accusé.

L'affaire a mis au jour le fonctionnement opaque de l'Académie – riche institution privée, fondée en 1786 sur le modèle de son homologue française –, ses conflits d'intérêt, ses jeux d'influence, et la "culture du silence" qui y régnait. Jean-Claude Arnault se vantait d'être le "19e membre" de l'Académie. Selon des témoins, il soufflait le nom des futurs lauréats Nobel à ses amis.

Huit académiciens se sont mis en congé provisoire ou définitif, dont la secrétaire perpétuelle Sara Danius. L'attribution du Nobel de littérature 2018 a été reportée à 2019, et le prestigieux conclave, en ruines, s'efforce depuis lors de se reconstruire.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.