Accéder au contenu principal

Opération antiterroriste dans une association chiite du nord de la France

L'opération antiterroriste visait une association musulmane siégeant à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque, le 2 octobre 2018.
L'opération antiterroriste visait une association musulmane siégeant à Grande-Synthe, dans la banlieue de Dunkerque, le 2 octobre 2018. Philippe Huguen, AFP

Environ 200 policiers ont mené des perquisitions mardi dans la matinée dans les locaux de l'association musulmane baptisée Centre Zahra France et aux domiciles de ses principaux dirigeants. Onze personnes ont été interpellées.

Publicité

L'opération antiterroriste a débuté mardi 2 octobre à 6 heures du matin, a annoncé la préfecture du Nord dans un communiqué. Environ 200 policiers, dont 30 agents du Raid, ont mené des perquisitions à Grande-Synthe, près de Dunkerque, au siège de l'association Centre Zahra France et aux domiciles de ses principaux dirigeants. Onze personnes ont été interpellées et trois ont été placées en garde à vue.

Les activités de l'association sont "particulièrement suivies en raison du soutien marqué par ses dirigeants à plusieurs organisations terroristes et en faveur de mouvements prônant des idées contraires aux valeurs de la République", a précisé le communiqué.

Fonds gelés

Sur son site internet, Centre Zahra France, dont les positions sont proches de celles de l’Iran et du Hezbollah libanais, dit avoir pour but "de faire connaître le message de l'islam à travers le regard du prophète et de sa famille ; de les faire connaître, de traduire leurs pensées et de témoigner de leurs œuvres". L'association, l'un des principaux centres chiites d'Europe, avait éveillé l'attention en 2009 en raison de déclarations "antisionistes" très virulentes.

Les avoirs financiers de l'association ont été gelés pour une durée de six mois par un arrêté des ministres de l'Intérieur et de l'Économie, publié mardi au Journal officiel.

Perquisition liée à l'attentat déjoué de Villepinte

Dans le même temps, la France, qui parle de "mesures ciblées", a également gelé les avoirs de deux ressortissants iraniens et de la Direction de la sécurité intérieure du ministère iranien du Renseignement en établissant un lien avec un attentat déjoué à Villepinte, dans la banlieue parisienne, le 30 juin dernier.

"Cet acte d’une extrême gravité envisagé sur notre territoire ne pouvait rester sans réponse", ont écrit les ministres français de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de l'Économie, respectivement Gérard Collomb, Jean-Yves Le Drian et Bruno Le Maire dans un communiqué commun. Les deux ressortissants iraniens, dont les avoirs ont été gelés, ont été identifiés comme étant "M. Assadollah Asadi et M. Saeid Hashemi Moghadam".

Pour Jean-Yves Le Drian, cité dans le communiqué du gouvernement, "l'attentat déjoué à Villepinte confirme la nécessité d'une approche exigeante dans nos relations avec l’Iran". À l'époque, Téhéran avait démenti toute implication dans l'attentat déjoué de Villepinte et avait accusé le parti d'opposition présumé visé, les Moudjahidines du peuple, d'avoir monté toute l'affaire.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.