Accéder au contenu principal

Contre le harcèlement scolaire et l'anorexie, elle crée des "parcours d'éclosion" où retrouver l'estime de soi

Alexia Savey présente son concept de journée "parcours d'éclosion".
Alexia Savey présente son concept de journée "parcours d'éclosion". Capture d'écran YouTube – Alexia Savey

Après avoir rassemblé dans un groupe d'entraide en ligne une communauté de plusieurs milliers de jeunes femmes touchées par l'anorexie mentale, Alexia Savey veut créer de vrais espaces physiques où prendre soin de soi.

PUBLICITÉ

"Quand on a encore du chemin à faire pour se reconstruire, il n'existe pas vraiment d'espace en milieu médical pour retrouver l'estime de soi", fait remarquer Alexia Savey, au téléphone avec France 24 Découvertes. 

Du haut de ses 20 ans, la jeune femme a déjà vécu plusieurs vies. Victime de viol et de harcèlement scolaire durant son enfance, celle qui se surnomme elle-même "crevette" a publié "La faim du petit poids : chroniques anorexiques", créé "Le cocon des Brindilles", un journal communautaire en ligne pour la guérison des Troubles du Comportement Alimentaire, et lancé un principe de journée d'activités intitulé "parcours d'éclosion". Pour ce dernier projet, Alexa Savey a reçu ce mois-ci une bourse de 50 000 dollars de la part de Facebook. Entretien.

Alexia, comment vous êtes-vous retrouvée à vous intéresser autant à la confiance en soi ?

C'est l'une des conséquences de mon enfance compliquée : j'ai souffert d'anorexie mentale et ne pesais que 28 kg à l'âge de 12 ans. J'ai été hospitalisée et on m'a donné des objectifs pour atteindre le poids fixé. 1 kg en plus, et j'avais le droit de voir ma maman 10 minutes ; 2 kg et j'avais le droit de recevoir une lettre... C'était le contrat.

À cette période-là, pour passer le temps entre les quatre murs de ma chambre, avec mes feuilles blanches et mes stylos, j'ai énormément écrit. On était en 2009 et c'était la mode des Skyblog. Je m'en suis ouvert un, sur lequel je me suis mise à partager beaucoup de choses sur la psychologie positive et l'estime de soi. C'est là que des lecteurs ont commencé à me suivre...

Comment cette foule anonyme de lecteurs s'est-elle transformée en véritable communauté ?

L'un de ces lecteurs était un éditeur. Il m'a proposé de publier un livre retraçant mes années de maladie. L'année d'après, celle de mes 19 ans, j'ai eu envie de retrouver le plaisir de manger. J'ai donc lancé un appel sur Facebook, "À la recherche des papilles perdues", qui a largement été relayé. Dans celui-ci, je proposais à des chefs étoilés de me contacter pour me faire découvrir leur cuisine. Un dîner caritatif a été organisé. Je pense que c'est à ce moment-là que j'ai réalisé qu'il y avait quelque chose à faire. Beaucoup de gens me disaient que ma démarche était intéressante et inspirante. À partir de là, après une conférence TedX donnée sur le thème des réconciliations avec l'enfant qu'on a un jour été, j'ai cherché à créer des endroits plein de bienveillance pour qu'une entraide puisse s'établir.

Alexia Savey sur son compte Instagram
Alexia Savey sur son compte Instagram Instagram

C'est à ce moment-là que vous lancez "le cocon des brindilles", un espace en ligne pour réunir toutes les personnes qui ont une fragilité et le besoin d'un "petit coup de pousse"...

Oui. J'ai été victime de viol et de moqueries à l'école, et cela fait de moi une brindille. Mais il y a d'autres raisons d'être une brindille et d'avoir besoin d'aide. Au sein de cette communauté, plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour trouver du soutien et du réconfort. Tous les jours, différentes publications aident les unes et les autres à améliorer leur bien-être. Astuces zen, recettes de cuisine, clés du bonheur, témoignages... 

Expliquez-nous le principe de ces "parcours d'éclosion" que vous avez imaginés pour prolonger le "cocon des brindilles" au-delà d'un écran d'ordinateur...

L'idée est de proposer à chaque fois à environ 30 personnes de ma communauté, une journée pour se recentrer sur soi, divisée en 5 groupes de 6 personnes.  Grâce à des intervenants qui sont autant de spécialistes dans leur domaine (mode, décoration, cuisine, photo, coaching, etc.), différentes activités sont organisées afin d'aider chaque groupe –une majorité de femmes, mais pas que – à identifier des pistes pour prendre soin de soi et s'occuper aussi bien de son corps que de son mental.

Je pense qu'au-delà des démarches médicales pour aller mieux, nous sommes nombreuses et nombreux à avoir besoin tout simplement de retrouver confiance en soi. C'est la raison pour laquelle je sollicite des experts sur mesure pour réapprendre à s'aimer et à prendre soin de soi. Car j'ai la conviction que pour aller mieux, il faut être l'acteur principal de la démarche, et le vouloir. 

Pour suivre les actualités d'Alexia Savey et trouver des informations sur les prochains "parcours d'éclosion", rendez-vous sur le site de Keys, son association.

Retrouvez tous les contenus de F24 Découvertes sur Facebook et Twitter.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.