Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Présidentielle au Cameroun : à Paris, la diaspora rêve de changements

Dans le salon de coiffure de Fabrice, rue Marcadet, dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
Dans le salon de coiffure de Fabrice, rue Marcadet, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. France 24

Depuis le début de la campagne, la présidentielle occupe les discussions des Camerounais installés à Paris. À la veille du scrutin du 7 octobre, les espoirs de changement demeurent même si les électeurs se font peu d’illusion sur l’issue du vote.

PUBLICITÉ

Tout le quartier, ou presque, est au courant : Cabral Libii, candidat à l’élection présidentielle du Cameroun, est venu se faire coiffer dans le salon de Fabrice, rue Marcadet, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Le jeune homme, qui s’est rebaptisé "le Coiffeur des stars", a d’ailleurs laissé en place l’affiche de bienvenue qu’il avait installée dans la vitrine de sa boutique.

>> À lire : Alliance inédite pour contrer le président Biya

Le candidat du parti Univers de 39 ans n’a pas choisi son coiffeur par hasard. Celui qui se présente parfois comme le "Macron du Cameroun" et que tout le monde appelle simplement "Cabral" plaît beaucoup parmi les clients et amis de Fabrice. À l’intérieur du salon, son portrait trône également au milieu du miroir.

"Il est jeune, dynamique et, comme Macron, il ne vient de nulle part", assure Festina-Xavier, 33 ans, pantalon rouge et chapeau noir sur la tête. "Nous voulons un président dynamique, qui nous représente et qui se bouge pour nous", ajoute Fabrice, peigne et tondeuse à la main.

Installé sur un fauteuil, une blouse noire sur les épaules, Dylan participe à la conversation en même temps qu’il se fait tondre les cheveux et la barbe. "S’il y avait un face-à-face Biya-Cabral, il gagnerait", assure-t-il.

Le débat est animé et attire d’autres habitués du salon. Rapidement, la conversation s’oriente vers les autres candidats de l’opposition et le peu de chance que tous ont finalement de gagner face au président sortant. Le sujet révolte le groupe d’amis. "Ils sont huit candidats face à Biya, pourquoi ne se sont-ils pas rassemblés pour le battre ?", s’énerve Dylan qui gesticule sur le fauteuil, obligeant Fabrice à interrompre sa coupe. "Vous verrez, il n’aura même pas besoin de frauder pour gagner", prédit le jeune homme.

>> À voir : Au Cameroun, l'opposition en ordre dispersée

Pour Fabrice, c’est un "problème de tribalisme" qui empêcherait l’opposition camerounaise de s’unir. Le coiffeur pense que les électeurs camerounais ne sont pas prêts à voter pour un candidat qui ne serait pas de leur ethnie.

"L’élection se joue dans les zones reculées"

Cet avis ne fait pas l’unanimité. Franck, gérant d’une boutique de téléphonie située non loin, estime, lui, que "les Camerounais ont dépassé cela". "Si c’était encore le cas, par exemple moi, qui suis Bamiléké, j’aurais crié sur tous les toits qu’il fallait voter pour Maurice Kamto (MRC) alors que je sais qu’il y a meilleur que lui", explique cet homme de 42 ans.

Franck, 42 ans, estime que le principal enjeu de l'élection est la présence de l'opposition dans les zones reculées. France 24

Pour se forger un avis, Franck a suivi les campagnes de tous les candidats, "y compris de Paul Biya". S’il assure qu’"il y a des bonnes idées" chez tous les opposants et qu’une coalition aurait été souhaitable, il souligne que le véritable enjeu pour l’opposition se trouve dans la présence des partis sur le territoire camerounais.

"Au Cameroun, il y a beaucoup de zones reculées qui ne connaissent qu’un seul parti, le RDPC [Rassemblement démocratique pour le peuple camerounais, parti au pouvoir depuis 1982 NDLR]. L’opposition doit y développer sa présence car […] je pense que l’élection se joue dans ces zones", explique-t-il.

Franck a prévu d’aller voter dimanche à l’ambassade du Cameroun mais il se dit inquiet du taux de participation, notamment au sein de la diaspora. Il affirme que plusieurs de ses amis n'ont pas pu s'inscrire sur les listes électorales. 

Une campagne hors norme

Même si le résultat de l’élection fait peu de doute, de nombreux Camerounais notent le caractère exceptionnel de cette campagne électorale. "La campagne de 1992 nous avait déjà beaucoup marqués, mais aujourd’hui l’engouement est plus fort encore, affirme Franck. Il y a une mobilisation beaucoup plus grande. La majorité des Camerounais voudrait un changement, quitte à se lancer dans l’inconnu."

Dans les groupes de discussion WhatsApp de la diaspora camerounaise dont il fait partie, l’élection présidentielle est omniprésente. Ce vendredi 4 octobre, l’un des principaux sujets de discussion est le rapprochement entre les candidats Akere Muna (FDP) et Maurice Kamto (MRC).

C’est aussi sur les réseaux sociaux qu’Alex, 18 ans, a suivi la campagne présidentielle de son pays d’origine. Il ne pourra pas voter cette fois-ci [les Camerounais ont le droit de voter à partir de 20 ans NDLR] mais espère le départ de Paul Biya car "le Cameroun n’est pas son royaume". "Comment pourrait-il faire encore ce qu’il n’a pas fait en 36 ans au pouvoir ?", questionne l’adolescent.

Pour lui, faute de faire changer les choses, les Camerounais auraient trouvé dans les réseaux sociaux un lieu où partager leurs contestations. "Là-bas, beaucoup de personnes ont la haine et s’expriment sur les réseaux sociaux. Ça ne change pas les choses mais ça fait du bien".

De gauche à droite : Fabrice, 35 ans, Albert, 32 ans, Festina-Xavier, 33 ans et Dylan (dans le reflet du miroir), 36 ans. France 24

Parmi les sujets qui ont provoqué un flot de commentaires sur les réseaux sociaux : l’annonce du footballeur Samuel Eto'o qu’il allait voter pour Paul Biya. Dans le salon de coiffure de Fabrice, le sujet provoque l’indignation générale. Selon le groupe d’amis, le footballeur n’aurait pas dû prendre position. Sa déclaration a été perçue comme une trahison.

"Samuel est aimé par tout le monde au Cameroun, il ne se rend pas compte de l’influence qu’il a", avance Fabrice. "Il vote pour qui il veut, mais il n’avait pas besoin de se déclarer en public comme ça", poursuit Festina-Xavier. Alex, lui, assure qu’il était "un fan inconditionnel" mais que depuis cette déclaration il n’a "même plus envie de voir ses photos."

Finalement, c’est Albert qui ramène le calme : "Je suis sûr que Eto'o là, il ne va pas voter Biya mais Libii en vrai." Personne ne sait trop quoi en penser, mais Fabrice peut finir la coupe de Dylan.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.