Accéder au contenu principal

Le pape lance une enquête approfondie sur un ex-cardinal américain accusé d'abus sexuel

Le pape François et le cardinal américain Theodore McCarrick, encore en fonction à l'époque, à la cathédrale Saint-Matthieu de Washington, le 23 septembre 2015.
Le pape François et le cardinal américain Theodore McCarrick, encore en fonction à l'époque, à la cathédrale Saint-Matthieu de Washington, le 23 septembre 2015. Jonathan Newton, Pool, AFP

Le pape François a ordonné, samedi, l'ouverture d'une "enquête approfondie" sur l'ensemble des archives disponibles au Vatican à propos de l'ancien cardinal américain Theodore McCarrick, accusé d'abus sexuels sur des jeunes séminaristes et prêtres.

Publicité

Le pape François a annoncé, samedi 6 octobre, ouvrir les archives du Vatican pour faire la lumière sur les agissements de l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick. Ce dernier avait été déchu en juillet après des accusations d'abus sexuels.

Cette décision, qui intervient en plein synode d'évêques du monde entier, est un signal envoyé par le souverain pontife pour prévenir que l'omerta ne serait plus tolérée au sommet de l'Église. Il s'agit de la première réponse donnée par le pape au "j'accuse" incendiaire d'un prélat italien retraité, l'archevêque Carlo Maria Vigano. Celui-ci a accusé fin août, dans une lettre, le pape argentin d'avoir sciemment ignoré durant cinq années des signalements sur les agissements du cardinal Theodore McCarrick, présenté comme un prédateur sexuel notoire jetant son dévolu sur des jeunes séminaristes et prêtres.

>> À lire : Le pape François, accusé d'avoir couvert des abus sexuels, ne dira "pas un mot" à ce sujet

Le pape a choisi de répondre trois jours après le coup d'envoi d'un synode d'évêques de quatre semaines consacré aux aspirations des jeunes, rassemblant au Vatican 267 cardinaux, évêques, patriarches chrétiens, membres de la Curie et religieux de tous les continents. Des centaines de jeunes avaient appelé en amont du synode à une Église plus "transparente" et "honnête", prônant "la tolérance zéro" en matière d'abus sexuels.

Une plongée dans les archives du Vatican

Le Saint-Siège a stipulé samedi dans un communiqué avoir demandé dès "septembre 2017" une enquête à l'archevêché de New York sur le puissant cardinal McCarrick, suite au témoignage d'un homme accusant le prélat d'avoir abusé sexuellement de lui dans les années 70. Face aux "graves indices" ressortis de l'enquête, qui sera rendue publique "en temps voulu", le pape avait démis fin juillet Mgr McCarrick de son titre de cardinal, un fait quasi-inédit.

"En référence à d'autres accusations", le pape "a décidé de combiner les informations récoltées durant l'enquête préalable avec une étude supplémentaire approfondie de toute la documentation présente dans les archives des dicastères (ministères) et bureaux du Saint-Siège concernant l'ex-cardinal McCarrick, afin de vérifier tous les faits importants, en les replaçant dans leur contexte historique et en les évaluant objectivement", a annoncé le Vatican.

Mais il admet que cette plongée dans ses propres archives pourrait mettre en exergue des pratiques passées critiquables, allusion à l'omerta qui a prévalu dans la hiérarchie de l'Église durant des décennies, conduisant souvent à déplacer les prêtres pédophiles dans d'autres diocèses sans les dénoncer à la justice civile.

Des accusations dirigées contre Benoît XVI

"Le Saint-Siège est conscient que pourraient émerger de l'examen des faits et des circonstances, des choix qui ne seraient pas cohérents avec l'approche contemporaine réservée à de telles questions", formule le Saint-Siège. "Néanmoins, comme l'a dit le pape François, ‘nous suivrons le chemin de la vérité, où qu'il nous porte’. Aussi bien les abus que leur couverture ne peuvent plus être tolérés et un traitement différent pour les évêques qui les ont commis ou couverts représente en fait une forme de cléricalisme qui n'est plus acceptable", assène le texte.

L'annonce d'une enquête au cœur du Vatican laisse pour l'instant en suspens les allégations très détaillées de Mgr Vigano contre François. Elles mettent notamment en cause le pape émérite Benoit XVI et son prédécesseur Jean Paul II, qui créa Mgr McCarrick cardinal en 2001, après des premières alertes le concernant.

Mgr Vigano affirme que Benoît XVI avait imposé de discrètes sanctions au cardinal vers 2009-2010, avant le pontificat de François. Mais des photos montrent l'Américain rendant visite à Benoît XVI, juste après sa présumée disgrâce.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.