Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'improbable rencontre entre Donald Trump et Kanye West

En savoir plus

L’invité du jour

Monique Pinçon-Charlot : "La fraude fiscale est une arme pour asservir le peuple"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Attractivité : le concours de beauté de l’économie

En savoir plus

Afrique

Cameroun : Maurice Kamto, opposant de Biya, revendique sa victoire à la présidentielle

© Marco Longari, AFP | Maurice Kamto, leader du MRC, à Yaoundé, le 30 septembre 2018.

Vidéo par Patrick FANDIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/10/2018

Maurice Kamto, candidat à l'élection présidentielle de dimanche, a revendiqué lundi sa victoire alors que les résultats officiels n'ont pas encore été annoncés.

Maurice Kamto, l'un des principaux candidats à la présidentielle de dimanche 7 octobre au Cameroun, a revendiqué lundi 8 à Yaoundé sa victoire face au président sortant Paul Biya.

"J'ai reçu mission de tirer le penalty, je l'ai tiré et je l'ai marqué", a déclaré l'ancien ministre de la Justice lors d'une conférence de presse. "J'ai reçu du peuple un mandat clair que j'entends défendre jusqu'au bout".

Ancien ministre délégué à la Justice et avocat, Maurice Kamto, 64 ans, est président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Deux jours avant le scrutin, un autre opposant, Akere Muna, avait retiré sa candidature en sa faveur afin de barrer la route à Paul Biya, au pouvoir depuis près de trente-six ans.

Arrivé en tête dans plusieurs bureaux de vote de Yaoundé et Douala, selon des premiers décomptes partiels relayés par des militants d'opposition sur les réseaux sociaux, Maurice Kamto a dénoncé de "multiples cas de fraude orchestrée par le pouvoir", auquel il a néanmoins tendu la main. "Mes bras leur restent ouverts pour qu'on œuvre ensemble à la renaissance nationale", a-t-il déclaré.

Interrogé par France 24, Issa Tchiroma Bacary, ministre camerounais de la Communication, a affirmé que la déclaration de Maurice Kamto ne valait "rien". "On ne peut pas vouloir gouverner le Cameroun et se mettre en travers des lois qui régissent ce pays", a-t-il ajouté, évoquant l'œuvre d'"officines" dont l'objet serait "de déstabiliser le Cameroun".

Issa Tchiroma Bacary, ministre camerounais de la Communication

Le ministre a, par ailleurs, déclaré que Maurice Kamto s'était mis "hors-la-loi" par sa déclaration. "Quiconque se met en travers [des institutions nationales] rencontrera naturellement la rigueur de la loi, parce que la force appartient à la loi", a-t-il précisé.

Les résultats de l'élection n'ont pas encore été rendus publics. Le Conseil constitutionnel, composé de proches du président Biya, a deux semaines pour les proclamer.

Durant la campagne officielle, Maurice Kamto a tenu pas moins de douze meetings dans tout le pays qu'il a sillonné sans relâche depuis le lancement de son parti en 2012.

Avec AFP

Première publication : 08/10/2018

  • CAMEROUN

    Présidentielle au Cameroun : abstention et violences en zone anglophone

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Cameroun : Paul Biya, une longévité exceptionnelle en 5 dates-clés

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Présidentielle au Cameroun : deux candidats de l'opposition se liguent pour contrer le président Biya

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)