Accéder au contenu principal

Nucléaire coréen : Pyongyang sur le point d'autoriser des inspecteurs internationaux sur son site démantelé

Le secrétaire d'État Mike Pompeo et le leader nord-coréen Kim Jong-un, le 7 octobre 2018.
Le secrétaire d'État Mike Pompeo et le leader nord-coréen Kim Jong-un, le 7 octobre 2018. KCNA via KNS, AFP

Kim Jong-un serait prêt à autoriser des inspecteurs internationaux à visiter le site d'essais nucléaires démantelé par Pyongyang, a annoncé Mike Pompeo lundi, à la suite d’une rencontre avec le leader nord-coréen.

PUBLICITÉ

La décision pourrait être historique, à condition qu’elle soit suivie d’effets. Le leader nord-coréan Kim Jong-un se serait dit prêt à autoriser des inspecteurs internationaux à visiter le site de tests nucléaires de Punggye-ri, a affirmé Mike Pompeo lundi 8 octobre.

Le chef de la diplomatie américaine avait rencontré Kim Jong-un plus tôt. Cette entrevue aurait produit, selon lui, des "progrès significatifs" sur la dénucléarisation.

Pyongyang a démantelé en mai le site souterrain de Punggye-ri, théâtre de ses six tests nucléaires, mais n'en a pour l'heure pas permis l'accès à des observateurs internationaux afin qu'ils vérifient qu'il a effectivement été rendu inopérant.

>> À lire sur Franec 24 : "Corée du Nord : la dénucléarisation, arme diplomatique de Kim Jong-un"

Le site comprenait plusieurs tunnels creusés sous une montagne granitique de 2 000 m d'altitude dans le Hamqyong du Nord, province du nord-est frontalière de la Chine. Selon Mike Pompeo, les inspecteurs pourront le visiter dès que les deux parties se seront accordées sur les questions "logistiques".

Le chef de la diplomatie américaine n'a cependant rien dit sur ce que pourraient être d'éventuelles "mesures correspondantes" américaines. La dénucléarisation de la Corée du Nord est un "processus long", a-t-il déclaré, ajoutant que "des progrès significatifs [avaient été faits]".

Lors d'une précédente visite en Corée du Nord, en juillet, Mike Pompeo avait déjà fait état de "progrès". Ce qui n'avait pas empêché Pyongyang de condamner quelques heures après son départ les "méthodes de gangster" des Américains accusés d'exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.