Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

L'Inserm s'attaque aux intox sur la santé dans une série de vidéos

© Inserm | Capture d'écran de la première vidéo

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 08/10/2018

L'institut public français dédié à la recherche sur la santé se lance dans la lutte contre les fausses informations présentées comme scientifiques. Pour cela, il vient de lancer une série de vidéos jouant la carte de l'humour contre les intox.

Il existe un remède contre la calvitie. Il est connu depuis des siècles par les habitants de l'île de Shikine-jima, au Japon. Mais un lobby de l'industrie des cosmétiques fait tout pour qu'il n'arrive pas sur le marché. C'est sur cette histoire que débute une vidéo mise en ligne début octobre par l'Inserm, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Et pourtant, dès le milieu de la vidéo, les pendules sont remises à l'heure. Le chercheur qui a fait cette découverte, le professeur Berenbaum, n'est pas spécialiste du cheveux mais de l'arthrose, à l'Inserm ! Et il n'a pas du tout la tête que l'on nous montrait au début de la séquence.

C'est donc en faisant le pari de l'humour que l'institut public s'attaque aux "fake news", ou fausses informations, dans le domaine de la santé. Avant lui, l'université McGill, au Canada, avait déjà lancé avec succès un format similaire.

La directrice de la communication de l'Inserm a expliqué la démarche de "Canal Détox, saison 1" à 20 Minutes : "Dans le flot d’informations – et notamment d’informations scientifiques –, il y a besoin de rendre la parole aux faits scientifiques et de décrypter." Et d'ajouter : "Quand on dit redonner un petit peu de voix à la parole scientifique, on se rend bien compte de l’importance de s’adapter au ton des réseaux sociaux."

Alors que nous sommes de plus en plus nombreux à nous en remettre à Internet au moindre éternuement, il était plus que temps que les chercheurs français se lancent. La forme peut sans doute encore être améliorée, mais le message a l'air d'être plutôt bien reçu sur les réseaux, à en croire les commentaires postés sous la vidéo sur Facebook.

Retrouvez tous les contenus de F24 Découvertes sur Facebook et Twitter.

Première publication : 08/10/2018

  • MÉDIAS

    France : l’Assemblée nationale adopte le texte sur les "fake news"

    En savoir plus

  • Découvertes

    Cette vidéo d'Obama est la preuve qu'il faut TOUJOURS se méfier des "fake news"

    En savoir plus

  • Découvertes

    Quand les expériences de Facebook aident à propager des "fake news"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)