Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Elections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

EUROPE

Allemagne : un leader de l’AfD accusé de paraphraser Hitler en évoquant “l’élite globalisée”

© Alexander Prautzsch, AFP | Le coprésident de l'AfD, Alexander Gauland, est un habitué des dérapages sur le passé nazi de l'Allemagne.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 10/10/2018

Le coprésident du parti populiste Alternative für Deutchland (AfD), Alexander Gauland, est accusé de s’être inspiré d’un discours d’Adolf Hitler pour rédiger une tribune polémique dans l’un des principaux quotidiens allemands.

L’un évoque une "élite globalisée”, l’autre parle de “clique internationale sans racine”. Le premier s’appelle Alexander Gauland, co-président du parti populiste allemand Alternative für Deutschland (AfD) et l'auteur samedi 6 octobre d’une tribune sur l’importance du populisme dans le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le second n’est autre qu’Adolf Hitler, s’exprimant devant les ouvriers d’une usine Siemens à Berlin en 1933. Plusieurs historiens ont, depuis ce week-end, souligné les similitudes entre les deux interventions, et accusent Alexander Gauland d’avoir paraphrasé le leader nazi à dessein.

Une tribune "qui donne l’impression que le chef de l’AfD avait le texte du discours de 1933 d’Adolf Hitler sous les yeux au moment où il a rédigé sa contribution pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung”, s’indigne Wolfgang Benz, l’un des principaux spécialistes allemands de l’histoire de l’antisémitisme et de la période nazie, dans une tribune pour le quotidien Tagespiegel, parue mardi 9 octobre. Un autre historien, Michael Wolffsohn, trouve “grave que Gauland signale à ses partisans qu’il maîtrise parfaitement la rhétorique d’Hitler et qu’il s’approprie la dénonciation hitlérienne des juifs pour attaquer les adversaires de l’AfD”.

Texte "anti-démocratique"

Le parallèle entre le texte d’Alexander Gauland et le discours d’Adolf Hitler n’a pas non plus échappé à plusieurs responsables politiques. L’ancien président du SPD (centre gauche), Sigmar Gabriel, a jugé que cette tribune était “anti-démocratique”, tandis que Ruprecht Polenz, un membre de la CDU (le parti chrétien démocrate auquel appartient la chancelière Angela Merkel) a décidé d’annuler son abonnement à la Frankfurter Allgemeine Zeitung en signe de protestation.

C’est un internaute berlinois qui avait le premier relevé, sur Twitter, dimanche 7 octobre, les passages du texte de Gauland pouvant être perçus comme une remise au goût du jour du discours d’Adolf Hitler. Le premier concerne “l’élite globalisée” qui, pour le dirigeant de l’AfD, “vit presque exclusivement dans des grandes villes” et se sent à l’aise aussi bien “à Berlin, Londres ou Singapour”.

Une tirade qui présente des similitudes évidentes avec la sortie antisémite en 1933 d’Adolf Hitler contre “la petite clique internationale sans racine qui peut habiter aujourd’hui à Berlin, demain Bruxelles, après-demain Paris puis Prague, Vienne ou Londres et se sent toujours chez elle”.

Face à cette “élite”, Alexander Gauland se pose en champion des “gens simples”, qui sont "payés une misère", ne peuvent pas "délocaliser leurs activités en Inde" et pour qui l’idée de “patrie a encore un sens”. Dans la même veine, Adolf Hitler évoquait le “paysan et le travailleur allemand, enchaînés à leur terre et à leur patrie”.

Habitué des dérapages

Le coprésident de l’AfD a nié s’être inspiré du discours du chef nazi. “Je ne connais aucun passage d’Adolf Hitler [qui s’approche de mon texte]”, a-t-il assuré au Tagespiegel. Il n’en reste pas moins que ce discours de novembre 1933, prononcé un peu plus de neuf mois après la victoire des nazis aux élections législatives, est célèbre. À l’usine Siemens de Berlin, le leader nazi ne s’avançait pas en terrain conquis et son discours visait à s’attirer les sympathies des classes ouvrières, alors très influencées par l’idéologie marxiste.

Ceux qui accusent Alexander Gauland d’avoir paraphrasé Adolf Hitler rappellent aussi qu’il n’en est pas à son premier dérapage du genre. En juin 2018, il avait comparé la période nazie à “une fiente d’oiseau” au regard de 6 000 ans d’histoire allemande. Une manière de réduire le IIIe Reich à un détail qui avait déjà provoqué une vague de critiques. Il avait aussi vanté “les performances des soldats allemands durant la Seconde Guerre mondiale”, en septembre 2017.

La parution de la tribune intervient à un moment particulier pour l’AfD. Le mouvement populiste vient, en effet, d’inaugurer une “section juive” afin de tenter de faire taire les critiques d’antisémitisme qui lui sont régulièrement adressées. Si Alexander Gauland s’est sciemment inspiré du discours d’Adolf Hitler, il est alors tentant de voir dans ce texte un message adressé à la frange la plus extrémiste du parti.

Première publication : 10/10/2018

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : à Chemnitz, un concert pour dire non au racisme

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : coleader de l'AfD, Frauke Petry confirme son départ du parti d'extrême droite

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Allemagne : un publicitaire pro-Trump donne des leçons de populisme à l’AfD

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)