Accéder au contenu principal

Brésil : Paulo Guedes, le "gourou économique" ultralibéral de Jair Bolsonaro

L'économiste Paulo Guedes est pressenti pour devenir le futur ministre brésilien des Finances, en cas de victoire de Jair Bolsonaro.
L'économiste Paulo Guedes est pressenti pour devenir le futur ministre brésilien des Finances, en cas de victoire de Jair Bolsonaro. Daniel Ramalho, AFP

Paulo Guedes est à l'origine du programme économique du candidat d'extrême droite brésilien, Jair Bolsonaro. Cet économiste ultralibéral se retrouve au centre de l'attention à la suite de l'ouverture d'une enquête pour corruption à son encontre.

PUBLICITÉ

Il est le "gourou économique" de Jair Bolsonaro, le candidat d’extrême droite et grand favori de l'élection présidentielle brésilienne, et sa caution de crédibilité auprès des milieux d’affaires. Paulo Guedes, pressenti pour devenir le ministre des Finances en cas de victoire de Jair Bolsonaro le 28 octobre, est aussi sous le coup d’une enquête pour fraude et corruption depuis mercredi 10 octobre.

Pour l’heure, l’entourage de Jair Bolsonaro dénonce des allégations de dernière minute "avec comme objectif principal de dérouter les électeurs". Mais l’enquête fragilise le message électoral du grand favori, qui se présente comme le candidat de la tolérance zéro en matière de corruption. Dans un pays où la classe politique a été largement discréditée par les scandales de malversation, cette posture a largement bénéficié au candidat d’extrême droite.

Brésil : quel programme pour Bolsonaro et Haddad ?

"Chicago boy"

Si les accusations visant Paulo Guedes se précisent, Jair Bolsonaro se retrouvera face à un dilemme. Peut-il réellement se permettre de lâcher son influent conseiller, au nom de sa croisade anticorruption ? L’économiste de 69 ans s’est, en effet, révélé être une béquille de plus en plus importante pour un candidat qui reconnaît volontiers "ne rien comprendre à l’économie".

>> À lire aussi : Le programme de Jair Bolsonaro pour le Brésil

De l’avis des observateurs, si les marchés financiers ont réagi positivement au bon score de Jair Bolsonaro à l’issue du premier tour de la présidentielle, c’est grâce à Paulo Guedes. Cet ex-banquier vient de leur monde, parle leur langue et partage leurs priorités économiques.

Comme la plupart d’entre eux, il est un "Chicago boy". Paulo Guedes a été formé à l’université de Chicago, réputée pour son enseignement ultralibéral.

Il en est sorti en 1979 avec un doctorat d’économie en poche pour retourner au Brésil, où il devient un farouche détracteur des politiques économiques suivies dans les années 1980 et 1990. En parallèle, Paulo Guedes s’est enrichi en s’adonnant à un sport dans lequel il a, un temps, excellé : la spéculation. Il prenait des gros risques, "gagnait souvent, mais pouvait aussi perdre de fortes sommes", a raconté au site brésilien UOL un ex-courtier en bourse qui a travaillé avec Paulo Guedes.

Féru d'enseignement

Il était aussi connu pour avoir un caractère très fort et une "tendance à la mégalomanie", se souvient la même source anonyme d'UOL. Des traits de personnalité aussi observés par certains de ses anciens étudiants. Paulo Guedes était féru d’enseignement et "adorait être le centre de l’attention de tous et ne supportait pas d’être interrompu", souligne un ex-élève. Il a été professeur à l’Université pontificale catholique de Rio de Janeiro, à la Fondation Getulio Vargas de Rio de Janeiro, à l’Institut de mathématique pure et appliquée. Il a même enseigné à l’université du Chili, en pleine dictature d’Augusto Pinochet.

En 2005, il cofonde l’Institut Millenium, un cercle de réflexion pour promouvoir les thèses libérales et la défense de la démocratie représentative. Paulo Guedes y développe un programme économique pour le Brésil, qu’il mettra par la suite au service du candidat Jair Bolsonaro. Il milite pour des privatisations tous azimuts, la réduction de la dette publique à tout prix, et pour des baisses d’impôt.

>> À lire aussi : Qui sont les électeurs de Jair Bolsonaro ?

Il peut paraître étonnant qu’un tel chantre des thèses ultralibérales puisse cohabiter avec un candidat qui n’hésite pas à emprunter au discours populiste, teinté de protectionnisme, d’un Donald Trump. Tout comme le soutien exprimé par Paulo Guedes pour les valeurs démocratiques cadre mal avec la nostalgie exprimée par Jair Bolsonaro pour la période de la dictature militaire brésilienne (1964 à 1985). Mais pour l’instant, cette collaboration a permis au candidat de séduire les classes populaires, tout en bénéficiant d’une neutralité bienveillante des milieux d’affaires. Reste à savoir si cet attelage peut survivre à l’exercice du pouvoir en cas de victoire à la présidentielle.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.