Accéder au contenu principal

Accusé d'espionnage économique, un agent chinois extradé vers les États-Unis

Un moteur d'avion de la compagnie General Electric à Rio de Janeiro, au Brésil, le 8 juin 2016.
Un moteur d'avion de la compagnie General Electric à Rio de Janeiro, au Brésil, le 8 juin 2016. Yasuyoshi Chiba, AFP

Un agent du renseignement chinois, arrêté en Belgique, a été extradé aux États-Unis, où il a été inculpé pour "tentative d'espionnage économique", ont annoncé, mercredi, les autorités américaines.

PUBLICITÉ

C'est la première fois qu'un agent du renseignement chinois est extradé vers les États-Unis. Yanjun Xu, alias Qu Hui ou Zhang Hui, un agent du ministère de la Sécurité d'État chinois, arrêté le 1er avril en Belgique, a été extradé vers les États-Unis, où il a été inculpé pour "tentative d'espionnage économique", a annoncé, mercredi 11 octobre, le ministère américain de la Justice. Il devrait être jugé à Cincinnati dans l'Ohio, où se trouve le siège de GE Aviation. Il encourt jusqu'à 15 ans de prison.

Cet espion est soupçonné par les autorités américaines d'avoir tenté de dérober à partir de 2013 des secrets à des compagnies aéronautiques, dont General Electric Aviation. Il aurait identifié des experts employés par ces entreprises et les aurait attirés en Chine sous prétexte de conférences universitaires, en leur payant le voyage.

"Ce n'est pas un incident isolé"

"Ce n'est pas un incident isolé, cela s'inscrit dans le cadre de la politique économique de la Chine qui se développe aux dépens des États-Unis", a commenté John Demers, ministre adjoint de la Justice pour la sécurité nationale. "Nous ne pouvons pas accepter qu'une nation récolte ce qu'elle ne sème pas", a-t-il ajouté.

Donald Trump avait opéré un rapprochement notable avec Pékin et son "ami" Xi Jinping, au début de son mandat en 2017. Mais la récente guerre commerciale a soufflé un coup de froid sur les relations entre Chine et États-Unis.

Le vice-président américain, Mike Pence, a livré début octobre un réquisitoire en règle contre les autorités chinoises, accusées de s'ingérer dans les élections américaines, de régresser sur les droits de l'Homme et de commettre des "agressions économiques" à coups de "vol" de technologie.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.