Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Cameroun, la demande de M. Kamto d'annulation du scrutin rejetée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'affaire Khashoggi écorne un peu plus l'image de l'Arabie Saoudite

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

Municipales: Gantzer lance sa campagne pour un "Paris en grand"

© AFP | Gaspard Gantzer lors du lancement de son mouvement "Parisiennes, Parisiens", à l'Elysée-Montmartre à Paris le 11 octobre 2018

PARIS (AFP) - 

L'ancien conseiller en communication de François Hollande Gaspard Gantzer a officiellement lancé jeudi soir dans une salle de spectacle du XVIIIe arrondissement de Paris son mouvement "Parisiennes, Parisiens", en vue des municipales de 2020.

Dans un discours d'un quart d'heure prononcé devant environ 500 personnes à l'Elysée Montmartre, M. Gantzer a dit sa volonté de bâtir "Paris en grand".

"Je trouve que Paris est trop petit (...) (La capitale) est enfermée dans son périphérique, elle est enfermée dans ses frontières du XIXe siècle (...) C'est une anomalie historique, c'est une anomalie géographique (...) Je ne supporte plus que les candidats à la mairie de Paris, depuis de nombreuses années, de droite et de gauche, jouent Paris intra muros contre sa banlieue", a-t-il expliqué.

M. Gantzer, qui fut aussi le porte parole de l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, a rappelé que le mouvement Parisiennes, Parisiens était "un mouvement de citoyens" et qu'il n'entendait pas se présenter sous une étiquette partisane.

"Mais ce n'est pas parce que nous n'avons pas de parti que nous n'avons pas de valeurs", a-t-il dit avant d'énumérer ces dernières: liberté, solidarité, écologie et culture.

Il a notamment affirmé son souhait d'un "plan massif" en faveur des personnes âgées, rappelé sa proposition de "supprimer le périphérique" et de "passer au tout électrique d'ici 2025", et plaidé pour un doublement du budget de l'éducation artistique.

M. Gantzer, qui n'a pas encore officiellement déclaré sa candidature, a affirmé que son mouvement avait d'ores et déjà "120 relais", dans Paris et en dehors. "On en a marre des partis qui tournent en boucle avec les mêmes personnes", a-t-il lancé.

Dans la salle, peu de visages connus ou d'élus. A noter la présence du maire adjoint du IIIe arrondissement Benjamin Djiane, ancien conseiller de Manuel Valls, ainsi que de José Bagdad, ancien président du groupe PS du XVe arrondissement, où Anne Hidalgo est élue.

Le conseiller en communication Robert Zarader -visiteur du soir de François Hollande- et le délégué général de l'UDE Mathieu Cuip sont aussi passés.

"C'est un pari difficile mais il peut construire des ponts avec beaucoup de gens, Anne Hidalgo, Bertrand Delanoë, les équipes du président de la République", a commenté auprès de la presse M. Zarader.

Agé de 39 ans, Gaspard Gantzer était un camarade de promotion d'Emmanuel Macron à l'ENA.

© 2018 AFP