Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon face aux perquisitions divise sur la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit/UE : la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

FOCUS

La frontière irlandaise, pierre d'achoppement du Brexit

En savoir plus

FACE À FACE

Macron - Mélenchon : l'art de la dramatisation

En savoir plus

L’invité du jour

Valentine Colasante : "Danseuse étoile, c’est une forme de liberté"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Marché des satellites : la concurrence des géants du numérique

En savoir plus

Amériques

Affaire Khashoggi : Trump veut une enquête mais pas la fin des ventes d'armes à Riyad

© Saul Loeb, AFP | Le président Donald Trump dans le Bureau oval, le 11 octobre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/10/2018

Donald Trump a fait savoir, jeudi, que malgré la disparition inexpliquée du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, les ventes d'armes à Riyad se poursuivraient, tout en maintenant la pression sur le prince Mohammed ben Salmane.

Donald Trump continue de réclamer des explications au sujet de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Mais à ce stade, les pressions américaines se bornent à demander des explications à l'Arabie saoudite, allié traditionnel des États-Unis avec lequel l'administration américaine a encore renforcé les liens.

Jamal Khashoggi, l'éditorialiste critique du pouvoir saoudien et collaborateur du Washington Post, n'a plus donné de signe de vie depuis son entrée le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Des responsables turcs ont affirmé qu'il y avait été assassiné par des agents saoudiens. Riyad dément et maintient, sans preuve à l'appui, qu'il a quitté le bâtiment.

"C'est un précédent terrible"

Donald Trump a déclaré, jeudi 11 octobre, que des enquêteurs américains travaillaient avec la Turquie et l'Arabie saoudite, mais cette participation a été démentie par des sources diplomatiques turques. "Nous allons étudier cela très, très sérieusement. Je n'aime pas cela du tout", a réaffirmé le président américain. "C'est un précédent terrible, terrible", a-t-il estimé.

Washington a aussi demandé à l'ambassadeur saoudien, rentré dans son pays, "d'apporter des informations à son retour aux États-Unis", selon la porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert. Elle a appelé, malgré "l'extrême préoccupation" aux "plus hauts niveaux" du gouvernement, à se méfier des "rumeurs" et "spéculations" qui circulent.

En revanche, le président américain a d'ores et déjà exclu un gel des ventes d'armes américaines en guise de sanctions.

Washington dément avoir eu connaissance du projet de disparition

Les Saoudiens "dépensent 110 milliards de dollars en équipements militaires et sur des choses qui créent des emplois (...) dans ce pays. Je n'aime pas l'idée de mettre fin à un investissement de 110 milliards de dollars aux États-Unis" qu'ils risqueraient de "dépenser en Russie ou en Chine", a-t-il lancé depuis la Maison Blanche. "Si cela s'avère finalement aussi mauvais que cela semble en avoir l'air, il y a certainement d'autres moyens de gérer la situation", a-t-il ajouté.

Mais Donald Trump est lui-même sous la pression croissante du Congrès américain. D'influents sénateurs républicains affichent une extrême fermeté à l'égard du royaume sunnite, et soulignent qu'ils peuvent bloquer les ventes d'armes si les pires soupçons concernant le journaliste se confirment.

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient connaissance d'un projet saoudien, impliquant le puissant mais controversé prince héritier, jusqu'ici soutenu par les États-Unis, consistant à attirer Jamal Khashoggi dans un piège pour l'arrêter. Mais le département d'État américain a démenti que Washington ait eu des informations à l'avance sur sa disparition.

"Une montagne de preuves"

Le même journal a également avancé qu'Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Kashoggi a été "interrogé, torturé puis tué" à l'intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré. "Mohammed ben Salmane doit immédiatement dévoiler toutes les preuves et informations dont disposerait l'Arabie saoudite", a plaidé Human Rights Watch, évoquant "une montagne de preuves mettant en cause" Riyad.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a lui prévenu les autorités saoudiennes qu'elles s'exposeraient à de "graves conséquences" en cas de responsabilité dans sa disparition ou son éventuel assassinat.

Accusations pêle-mêle

Côté turc, des images de vidéosurveillance tournées à l'extérieur du consulat ont déjà été diffusées par les médias, montrant le journaliste y entrer puis un va-et-vient de véhicules. Les Saoudiens ont rétorqué que les caméras de la mission diplomatique ne fonctionnaient pas ce jour-là.

Se montrant sceptique, le président Erdogan a souligné que l'Arabie saoudite avait les systèmes de vidéosurveillance "les plus avancés". "Si un moustique sort, leurs systèmes de caméras vont l'intercepter", a-t-il ironisé.

Jamal Khashoggi s'est exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du prince héritier. Depuis le début de l'affaire, des comptes Twitter pro-saoudiens accusent pêle-mêle le Qatar, rival régional de Riyad et allié d'Ankara, la Turquie, les Frères musulmans ou encore sa fiancée turque de mener une machination pour discréditer l'Arabie saoudite.

Après la publication, mercredi, par le quotidien progouvernemental turc, Sabah, du nom, de l'âge et des photographies de quinze hommes présentés comme l'"équipe d'assassinat" dépêchée par Riyad, des médias et comptes sur les réseaux sociaux ont pu identifier une grande partie d'entre eux comme étant des officiers des services de sécurité ou des proches du prince héritier.

Avec AFP

Première publication : 12/10/2018

  • TURQUIE - ARABIE SAOUDITE

    L'affaire Khashoggi complique les relations de Riyad avec Ankara et Washington

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Affaire Khashoggi : Trump met la pression sur l'Arabie saoudite

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    L'affaire Khashoggi ou les mauvais calculs du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)