Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

"Qui va nous débarasser de cette terrible Première ministre ?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Carlos Alvarado : "Le Costa Rica a toujours été cohérent au sujet de l'environnement"

En savoir plus

L’invité du jour

Claire-Marie Le Guay : "La musique, c'est l'équilibre entre l'émotion et la pensée"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Nathalie Balla : "La Chine est un acteur majeur aujourd'hui, vous ne pouvez pas être hors de Chine"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le prix des carburants à la loupe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : les opposants signataires de l'accord de Genève appellent à l'unité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"We're in the Brexs*it"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : vers un vote de censure contre Theresa May ?

En savoir plus

POLITIQUE

Mouvement des "gilets jaunes" : l'exécutif en pleine tempête

En savoir plus

Afrique

Le parquet de Paris requiert un non-lieu dans le dossier sur l'attentat d'Habyarimana au Rwanda

© Ludovic Marin, AFP | Le président rwandais Paul Kagame, lors du sommet de la francophonie à Erevan, le 12 octobre 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/10/2018

Selon l'AFP, le parquet de Paris a décidé d'abandonner les poursuites contre plusieurs proches du président rwandais Paul Kagame, qui sont mis en cause dans l'attentat qui a coûté la vie au président rwandais Juvénal Habyarimana, en 1994.

Après vingt ans de rebondissements, le parquet de Paris a demandé l'abandon des poursuites contre des proches du président rwandais Paul Kagame, soupçonnés par la justice française d'être impliqués dans l'attentat dans lequel a péri le président du Rwanda Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994.

L’avion présidentiel avait été abattu en phase d'atterrissage à Kigali par au moins un missile. L’attentat est considéré comme le déclencheur du génocide qui a fait 800.000 morts selon l'ONU, principalement dans la minorité tutsi.

Le parquet réclame un non-lieu contre les sept protagonistes mis en examen, tous issus du clan de Paul Kagame, estimant que l'enquête n'a pu réunir de "charges suffisantes" à leur encontre, selon son réquisitoire définitif daté du 10 octobre 2018 dont l'AFP a eu connaissance via une source judicaire. 

Vives réactions

La révélation de cette information a suscité de vives réactions. "La position du ministère public est inacceptable. Depuis dix ans, le parquet a lâché les juges d'instruction pour des raisons notamment politiques. La preuve en est que ce réquisitoire arrive précisément au moment de la nomination d'une Rwandaise (Louise Mushikiwabo) à la tête de l'organisation de la francophonie", a réagi Philippe Meilhac, avocat de la veuve de l'ex-président, Agathe Habyarimana, joint par l'AFP.

"Cette étape tend à clore 20 années d'errements (...). Nos pensées vont en ce moment à ceux qui ont toujours affirmé leur innocence", ont déclaré à l'AFP les avocats des sept mis en examen, Bernard Maingain et Léon-Lef Forster.

La décision finale sur la tenue ou non d'un procès est désormais entre les mains des juges d'instruction du pôle antiterroriste. Depuis plus de 20 ans, ce dossier empoisonne les relations entre Paris et Kigali sur fond de débat sur les responsabilités françaises à l'époque du génocide.

>> À voir sur France 24 :  Paul Kagame : "Avec Macron, nous pouvons faire des progrès"

Au Rwanda, une commission d'enquête avait imputé en 2009 la responsabilité de l'attentat aux extrémistes hutu qui se seraient ainsi débarrassés d'un président jugé trop modéré.

En France, une information judiciaire avait été ouverte en 1998 après la plainte des familles de l'équipage, composé de Français, et le premier juge saisi, Jean-Louis Bruguière, avait privilégié une hypothèse opposée: celle d'un attentat commis par des soldats de l'ex-rébellion tutsi du Front patriotique rwandais (FPR), dirigé par Paul Kagamé, devenu président en 2000.

Les relations diplomatiques entre les deux pays avaient été rompues quand le juge avait émis en 2006 neuf mandats d'arrêts contre des proches de Kagame. Elles s'étaient renouées trois ans plus tard après une première mise en examen en France, suivie de six autres, organisées diplomatiquement en 2010 au Burundi voisin.

Avec AFP

Première publication : 13/10/2018

  • ENTRETIEN

    Exclusif : le président rwandais Paul Kagame répond à France 24

    En savoir plus

  • RWANDA

    Sommet de la Francophonie : pourquoi Paris soutient la candidate rwandaise

    En savoir plus

  • RWANDA

    Génocide rwandais : condamnation confirmée pour deux ex-maires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)