Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

Jeff Bezos va investir plus d'un milliard de dollars dans sa compagnie spatiale en 2019

© AFP | Jeff Bezos le 19 septembre 2018 à une conférence militaire à Oxon Hill près de Washington

SAN FRANCISCO (AFP) - 

L'homme le plus riche du monde et patron d'Amazon, Jeff Bezos, a dit lundi qu'il allait augmenter encore son investissement annuel dans Blue Origin, la compagnie spatiale qu'il a fondée en 2000.

Jeff Bezos, dont la fortune est estimée à 145 milliards de dollars par Forbes, principalement grâce à ses parts dans Amazon, disait dépenser jusqu'à présent environ un milliard de dollars par an pour développer Blue Origin.

"L'année prochaine, ce sera un peu plus, mon équipe vient de me donner l'info", a déclaré Jeff Bezos lors d'une conférence organisée par le site Wired à San Francisco, le sommet Wired25. "Je dis toujours oui, je suis nul...", a-t-il plaisanté.

Blue Origin se développe à la fois sur le marché du tourisme spatial, pour des voyages de quelques minutes à la frontière de l'espace, et du lancement de fusées pour les satellites et l'exploration spatiale, comme sa rivale SpaceX, fondée par un autre milliardaire, Elon Musk, et déjà opérationnelle depuis six ans.

Jeff Bezos détient aussi le Washington Post.

"Nous avons besoin du même dynamisme dans l'espace que ce qu'il s'est passé avec internet depuis 25 ans", a-t-il expliqué, ajoutant vouloir précipiter un nouvel âge d'exploration spatiale. "Nous pouvons y arriver, mais il nous faut des fusées réutilisables".

Le but déclaré de Blue Origin - comme celui de SpaceX - est d'abaisser le coût des lancements spatiaux, après l'ère des grandes fusées de la Nasa ou d'autres pays, qui ne servaient qu'une seule fois et étaient détruites en rentrant dans l'atmosphère ou en retombant dans les océans.

La fusée de Blue Origin New Glenn ne devrait pas être prête avant 2021.

Quant à la plus petite New Shepard, qui enverra six passagers à la fois ressentir l'apesanteur quelques minutes, au-dessus de la frontière imaginaire de l'espace à 100 km d'altitude, elle a réussi plusieurs tests cruciaux cette année, et pourrait être prête dès 2019, selon le patron, qui pour ce marché du tourisme spatial rivalise avec Virgin Galactic.

Mais, a-t-il dit: "Je dis tout le temps à mon équipe que ce n'est pas une course". "Je veux que ce soit le véhicule spatial le plus sûr de l'histoire", a ajouté Jeff Bezos.

© 2018 AFP