Accéder au contenu principal

Au Luxembourg, le sort du Premier ministre incertain après les législatives

Image d'archive de Xavier Bettel.
Image d'archive de Xavier Bettel. Christof Stache, AFP

Le sort du Premier ministre du Luxembourg, le libéral Xavier Bettel, semble incertain après les résultats, dimanche, des législatives. Le parti social-chrétien est en tête devant les socialistes et les libéraux. La recherche d'une coalition démarre.

PUBLICITÉ

Le parti social-chrétien (CSV) est arrivé en tête des élections législatives, dimanche 14 octobre au Luxembourg, avec 28 % des suffrages, devant les socialistes (18 %) et les libéraux (près de 17 %) de l'actuel Premier ministre Xavier Bettel dont le sort reste incertain.

Ces trois formations, arrivées dans le même ordre qu'en 2013, ont cependant réalisé des scores inférieurs à ceux enregistrés lors de ce précédent scrutin, tandis que les écologistes ont signé une nette progression (de cinq points, à 15 %), selon les résultats définitifs. Des négociations vont désormais avoir lieu entre les différents partis pour former une coalition réunissant au moins 31 des 60 sièges de la Chambre des députés.

"Mon gouvernement a été confirmé", a estimé dimanche soir Xavier Bettel. Son parti s'était allié en 2013 aux socialistes et aux écologistes pour priver Jean-Claude Juncker, l'actuel président de la Commission européenne, du poste de Premier ministre qu'il occupait depuis 1995 et ce alors que sa formation, le CSV, était arrivée en tête.

Huit mois avant les européennes

Lundi matin, le Grand-Duc recevra en audience Xavier Bettel puis le président de la Chambre des députés et celui du Conseil d'État, tandis que des audiences avec les présidents des différents partis politiques sont également prévues.

Du côté des petits partis, le parti pirate, dont le score a été doublé, devrait faire son entrée à la Chambre des députés avec deux sièges, tandis que la droite populiste (ADR) devrait renforcer sa présence avec un quatrième siège (plus de 8 % des suffrages).

En sièges, les sociaux-chrétiens ont reculé de deux sièges à 21 unités, devant les libéraux en baisse d'un siège (12 sièges) et les socialistes qui ont cédé 3 sièges avec 10 députés. Du fait du découpage des circonscriptions, les socialistes ont en effet moins de sièges que les libéraux, bien qu'ils aient recueilli plus de voix. Enfin, les écologistes ont gagné 3 sièges avec 9 représentants.

Quelque 256 000 électeurs ont participé au scrutin, soit moins de 43 % de la population. Jean-Claude Juncker, qui a voté dimanche, a souligné un lien entre ce scrutin et les élections européennes programmées en 2019. "Ce sont des élections qui ont lieu huit mois à peu près avant les élections européennes, donc l'électeur devrait avoir à l'œil déjà le grand rendez-vous européen avec le suffrage universel lors duquel je voudrais qu'à ce moment-là, comme aujourd'hui au Grand-Duché, on dise clairement non aux extrêmes", a-t-il déclaré à RTL Luxembourg.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.