Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

France 24 en Libye : les migrants débarqués du Nivin dans le port de Misrata

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Alain Juppé : "Les réformes de la fiscalité écologique sont nécessaires"

En savoir plus

LE DÉBAT

Affaire Carlos Ghosn : dérive solitaire ou lutte de pouvoir ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

Mélenchon entrevoit une "dissolution" de l'Assemblée après les Européennes

© AFP/Archives | Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 4 octobre 2018

PARIS (AFP) - 

Le patron de LFI, Jean-Luc Mélenchon, a évoqué lundi une possible "dissolution" de l'Assemblée nationale après les élections européennes, en cas de sévère défaite de la liste soutenue par Emmanuel Macron.

"On peut imaginer que si nous arrivons à nos fins" lors du scrutin de mai 2019, soit "pour nous un score national, pour lui le score minimal, il va se trouver placé devant une crise d'autorité que ses prédécesseurs n'ont jamais connue", a déclaré le chef de file des députés Insoumis devant la presse.

"M. Hollande était tombé à 13 aux élections européennes, mais il pratiquait la politique du chien crevé au fil de l'eau, donc le choc sur l'autorité n'était pas le même", d'après cet ancien socialiste. En 2014, le PS, allié au PRG, avait obtenu 13,98% des suffrages, soit son plus mauvais score lors d'élections européennes.

"Là vous avez affaire à un pouvoir qui dit lui-même qu'il est là par effraction, à la suite d'une période politique calamiteuse. Il est clair que s'il subissait un tel revers, il devrait trouver un moyen de dépasser cette situation... si la politique continue à avoir un peu de rationalité", a encore jugé M. Mélenchon, disant souhaiter une telle dissolution.

Avec le feuilleton actuel autour du remaniement, "on commence à entrer dans des eaux inconnues" et "la crise politique née à l'intérieur de la Macronie est en train de diffuser et devient une crise de régime", a-t-il considéré. Et de conclure: "donc vous ne savez pas dans quel état (Emmanuel Macron) sera" en mai prochain.

© 2018 AFP